Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

CA S’EST PASSE UN 23 DECEMBRE 23 décembre, 2011

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:36
Décès de Charles-Michel Lespée, dit Abbé de l’Épée, c’est en 1789.
 
 24 novembre 1712 à Versailles – 23 décembre 1789 à Paris

L’abbé de l’Épée est à l’origine de la première école pour les sourds-muets. Il la destine à des enfants pour la plupart issus de familles pauvres ou indigentes.

C’est à la suite d’une rencontre fortuite avec des sœurs sourdes, vers
1760, que l’abbé s’est intéressé à leur instruction.

Il élabore pour ses élèves une pédagogie alors inédite, qui repose non sur l’articulation et la parole vocale mais sur la langue des signes spontanément utilisée par les sourds pour communiquer entre eux.

Il organise aussi son enseignement de façon collective alors que, jusque-là l’éducation d’un enfant sourd était individuelle et dispensée par un percepteur, puisque centrée sur l’apprentissage de la parole.

L’abbé est donc à l’origine d’une double «révolution» : il accorde une validité à la parole gestuelle et non plus seulement vocale ; il met l’instruction à la portée des enfants dont les parents n’ont pas les moyens de s’offrir les services d’un précepteur. Sa méthode bénéficie rapidement d’une consécration internationale. Le roi Louis XVI en personne lui accorde sa reconnaissance en 1778 et le monde entier évoque avec admiration la «méthode française».

Le 21 juillet 1791, soit deux ans après la mort de l’abbée de l’Épée, l’Assemblée nationale transfère l’école des sourds-muets de son domicile (rue des Moulins, Paris) à un ancien séminaire où elle se trouve toujours, sous le nom d’Institution Nationale des Sourds-Muets (254, rue Saint-Jacques).

La méthode de l’abbé est contestée, notamment parce qu’elle dénature la syntaxe et la structure grammaticale de la langue des signes naturelle des sourds pour la rapprocher de celles de la langue française. Elle n’en a pas moins un immense mérite car elle a remis en question le postulat d’Aristote pour qui la parole crée le raisonnement (le cratyle) et ouvert la réflexion à une éducation bilingue : langue des signes française et langue française, ainsi qu’à une prise de conscience identitaire et culturelle des sourds.

CA S'EST PASSE UN 23 DECEMBRE dans JOUR ANNIVERSAIRE delépée

 

 

1 Commentaire

  1.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Penser aux sourds-muets à l’époque, fallait le faire !!!
    ARSENE GRISALI

Commenter

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake