Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

TOILETTE DES ELEPHANTS 3 février, 2012

Classé dans : VOYAGES — jcn54 @ 8:16

La traditionnelle toilette des éléphants à l’orphelinat de Pinnnawela. (Sri Lanka)

TOILETTE DES ELEPHANTS dans VOYAGES img207

img208 dans VOYAGES

img209

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

LE VIOLON

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 8:15

Beaucoup de mystère plane sur l’inventeur du violon mais également sur sa localité. Une chose est sûre, cet instrument a vu le jour vers 1520 dans une contrée proche de Milan. Certains parlent de la ville de Brescia, d’autres de Crémone. Impossible de départager.
Même dilemme concernant le luthier novateur. Les spécialistes hésitent entre Giaccobo dalla Corna, Zanetto Montichiaro et Andrea Amati. Difficile de savoir. La première fois que l’existence de cet instrument à cordes a été mentionnée, ce fût en 1523 dans un registre de la Trésorerie de Savoie.
Le violon résulte de la fusion de trois autres instruments qui sont le rebec, la vièle et la lire de Braccio.

Très vite, le violon apparaît dans les arts. Il se répond en Europe comme une traînée de poudre. Il plaît à toutes les couches sociales, aussi bien les personnes modestes que la noblesse. Cet instrument se veut à la fois populaire et élégant.
Depuis les XVIe siècle, le violon a parcouru un long chemin et on le retrouve dans de nombreuses musiques : indiennes, tziganes, jazz, folklores et même le rock. Le violon peut couvrir tous les répertoires souhaitée : grave, taciturne, enjoué, exalté mais aussi swing. Stéphane Grappelli est le premier à faire vibrer les cordes de cette manière.

LE VIOLON dans INVENTIONS violon

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

BELLES PLANTES

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 8:13

Résolument florales,

BELLES PLANTES dans INSOLITE bellesplantes

les collections 2012 du créateur Alexis Mabille, ont enchanté les podiums, plongés soudain dans les effluves d’un printemps précoce et coloré.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

PAUPIETTES NAPOLITAINES

Classé dans : CUISINE DU MONDE — jcn54 @ 8:12

PAUPIETTES NAPOLITAINES dans CUISINE DU MONDE paupiettesnapolitaines

INGRÉDIENTS : (4 Pers.) 4 escalopes fines de veau, 1 boîte de purée de tomate, botte de persil plat, 2 gousses d’ail, 1 branche de romarin, 100 g de parmesan râpé, 20 cl de vin blanc sec, 2 morceaux de sucre, 1 cuil. à soupe d’huile d’olive, sel, poivre.

Coupez les escalopes en deux dans la longueur et aplatissez-les.

 Rincez le persil, pelez l’ail et hachez-les. Mélangez le hachis avec le parmesan râpé. Répartissez le mélange sur les escalopes, roulez-les sur elles-mêmes et maintenez-les avec une pique en bois.

 Faites chauffer l’huile dans une cocotte puis mettez-les paupiettes à dorer sur toutes les faces. Arrosez de vin, portez à ébullition et laissez réduire 5 min. Ajoutez la purée de tomate, le sucre et le romarin, salez, poivrez et laissez mijoter 35 min à feu doux. La sauce doit réduire et devenir onctueuse.

 Servez directement dans la cocotte accompagné de pâtes fraîches.

Bon appétit 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

CA S’EST PASSE UN 3 FEVRIER

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 8:10

Gutenberg lègue l’imprimerie à l’humanité, c’est en 1468.

Le 3 février 1468 meurt à Mayence un certain Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg. Il est né à Mayence entre 1397 et 1400.

On lui doit l’invention de l’imprimerie (*). Elle a révolutionné la manière de fabriquer des livres et, en abaissant considérablement leur prix, mis la lecture à la portée de tous.

Avec Gutenberg, les hommes ont aussi découvert l’utilité de mécaniser le travail manuel.

  Copistes et miniaturistes

Au début du Moyen Âge, les livres étaient fabriqués un à un dans des monastères spécialisés comme on en voit dans le film de Jean-Jacques Annaud, Le nom de la Rose (1986).

À partir des années 1200, les monastères abandonnent cette activité à des ateliers laïcs installés près des universités.

Des copistes recopient les textes à la plume d’oie sur des feuilles de parchemin ou de papier, à partir d’un original, cependant que des enlumineurs agrémentent les pages de délicates miniatures aux couleurs vives.

Les ateliers approvisionnent ainsi à prix d’or les clercs et les bourgeois assez riches pour se payer des manuscrits (nom donné aux livres écrits à la main).

Mais à l’époque de Gutenberg, la copie de manuscrits n’est plus en état de satisfaire les besoins de lecture et d’apprentissage d’un nombre croissant d’étudiants et d’érudits. L’Europe est dans l’attente d’une révolution…

  Un procédé magique

L’imprimerie est dérivée de la gravure sur cuivre ou sur bois, une technique connue depuis longtemps en Europe et en Chine mais seulement utilisée pour reproduire des images :
– on grave l’image sur une surface en cuivre ou en bois,
– on enduit d’encre la partie en relief,
– on presse là-dessus une feuille de papier de façon à fixer l’image sur celle-ci.

Gutenberg, graveur sur bois, a l’idée aussi simple que géniale d’appliquer le procédé ci-dessus à des caractères mobiles en plomb. Chacun représente une lettre de l’alphabet en relief.

L’assemblage ligne à ligne de différents caractères permet de composer une page d’écriture. On peut ensuite imprimer à l’identique autant d’exemplaires que l’on veut de la page, avec un faible coût marginal (seule coûte la composition initiale).

Quand on a imprimé une première page en un assez grand nombre d’exemplaires, on démonte le support et l’on compose une nouvelle page avec les caractères mobiles. Ainsi obtient-on un livre à de nombreux exemplaires en à peine plus de temps qu’il n’en aurait fallu pour un unique manuscrit !

  Un succès immédiat

Avec son associé Johann Fust, Gutenberg fonde à Mayence un atelier de typographie. Au prix d’un énorme labeur, il achève en 1455 la Bible «à quarante-deux lignes», dite Bible de Gutenberg. Ce premier livre imprimé à quelques dizaines d’exemplaires recueille un succès immédiat. Il est suivi de beaucoup d’autres ouvrages.

Le procédé de typographie se diffuse à très grande vitesse dans toute l’Europe (on ne peut s’empêcher de comparer ce succès à celui de… l’internet).

On estime que quinze à vingt millions de livres sont déjà imprimés avant 1500 (au total plus de 30.000 éditions). 77% de ces livres sont en latin et près de la moitié ont un caractère religieux. Les livres de cette époque portent le nom d’«incunables» (du latin incunabulum, qui signifie berceau).

Beaucoup d’incunables sont imprimés à Venise, alors en pleine gloire. Au siècle suivant, le XVIe, Paris, Lyon et Anvers deviennent à leur tour de hauts lieux de l’imprimerie avec un total de 200.000 éditions.

Les conséquences de l’imprimerie sont immenses. D’abord sur la manière de lire et d’écrire : les imprimeurs aèrent les textes en recourant à la séparation des mots et à la ponctuation ; ils fixent aussi l’orthographe.

L’instruction et plus encore l’esprit critique se répandent à grande vitesse dans la mesure où de plus en plus de gens peuvent avoir un accès direct aux textes bibliques et antiques, sans être obligés de s’en tenir aux commentaires oraux d’une poignée d’érudits et de clercs.

C’est ainsi qu’un demi-siècle après l’invention de l’imprimerie va se produire la première grande fracture intellectuelle dans la chrétienté occidentale avec la Réforme de Martin Luther et l’émergence du protestantisme.

CA S'EST PASSE UN 3 FEVRIER dans JOUR ANNIVERSAIRE gutemberg

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

03/02/2012

Classé dans : PROVERBES, DICTONS, CITATIONS — jcn54 @ 7:57

PROVERBE :  » Ferveur de novice ne dure pas longtemps. « 

DICTONS :  » Quand le jour de la Saint-Blaise est brumeux, il pleuvra dans un jour ou deux. « 

« À la fête de Saint-Blaise, souvent l’hiver s’apaise ; mais si vigueur il reprend, pour longtemps on s’en ressent. « 

CITATION :  » Aimer est mon premier besoin ; le satisfaire est ma seule envie. « 

( Manon Philippe, épouse Roland )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 février 2012

VENDREDI 3 FEVRIER 2012

Classé dans : EPHEMERIDE DU JOUR — jcn54 @ 7:51

34è jour de l’année, 332 jours restants, 5è semaine, aujourd’hui on fête les Blaise ainsi que les Anatole, Anshaire, Lader, Ladine et Oscar.

Le soleil se lève à 08h18 et se couche à 17h50.

Lune croissante pleine à 68%.

 

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake