Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

MONUMENT MAURICE BARRES A SION-VAUDEMONT (54) 22 mars, 2012

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 6:57

Ce monument représente une lanterne des morts, comme on en trouve souvent en Charente.

Il a été inauguré le 23 septembre 1928, dans le style des « grandes journées lorraines », en présence de deux anciens Présidents de la République, M.M. Poincaré et Millerand, et d’un futur Président Albert Lebrun. Y assistaient également de nombreux évêques, parlementaires et élus lorrains. Le Maréchal Lyautey et le Prince de Beauvau-Craon étaient venus en voisins.

Le monument dédié à Maurice Barrès a été érigé grâce aux fonds recueillis par une souscription nationale ouverte par le journal « Écho de Paris ». L’endroit a été désigné par le Maréchal Lyautey, au point culminant de ce belvédère où Barrès aimait à s’arrêter pour contempler l’ensemble de son pays.

C’est la lanterne de Fenioux (Charentes) qui a servi de modèle à celle de Vaudémont.

La lanterne romane de Fenioux, du XIIe siècle, haute de 13m50 est constituée de 11 colonnes et de 13 colonnettes au pavillon. Elle est surmontée d’une pyramide à quatre pans et on accède à son sommet par 34 marches.

La lanterne de Vaudémont est plus haute (22m). Le corps principal et le pavillon sont identiques au modèle, la pyramide de Vaudémont étant cependant plus simple. On n’accède pas au sommet par un escalier, mais par des crampons scellés dans les murs. La trappe permettant d’y accéder a été fermée pour des raisons de sécurité. Le socle plus haut confère à l’ensemble un aspect plus élancé.

Le monument est l’œuvre de l’architecte Achille Duchesne et du sculpteur René Grand-Colas.

La lanterne dédiée à Barrès est « lotharingiée » c’est-à-dire qu’on lui a donné un caractère lorrain, par trois citations extraites de son œuvre :

« L’horizon qui cerne cette plaine, c’est celui qui cerne toute la vie. Il donne une place d’honneur à notre soif d’infini en même temps qu’il nous rappelle nos limites. » La colline inspirée. 1913

« Au pays de la Moselle je me connais comme un geste du Terroir, comme un instant de son éternité, comme l’un des secrets que notre race, à chaque saison, laisse émerger en fleur, et si j’éprouve assez d’amour, c’est moi qui deviendrai son cœur. » Les Amitiés Françaises.

« Honneur à ceux qui demeurent dans la tombe les gardiens et les régulateurs de la Cité. » Le Mystères en pleine lumière.

MONUMENT MAURICE BARRES A SION-VAUDEMONT (54) dans RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES SION-088

 

SION-087 dans RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES

SION-086

SION-084

SION-093

SION-091

 

SION-090

SION-096

SION-097

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

MESSIEURS, COMMENT PORTER SON ECHARPE ?

Classé dans : LE SAVIEZ-VOUS ? — jcn54 @ 6:55

MESSIEURS, COMMENT PORTER SON ECHARPE ? dans LE SAVIEZ-VOUS ? echarpe

De nos jours, sortir le cou dénudé pour un homme est presque devenu une aberration. Hiver comme été, on s’enroule du premier bout de tissu pour faire genre « le désert marocain me manque trop « .

Mais la question existentielle n’est pas de savoir s’il faut se mettre ou non au chèche ou à l’écharpe, c’est de savoir comment les porter une bonne fois pour toutes.

 

Pour porter cet accessoire de façon à peu près convenable le choix est une première étape. L’hiver, on n’est pas des sauvages, rien de tel qu’une bonne écharpe en laine pour se protéger du froid. Et quand la température se radoucit misez sur les chèches en coton ou en lin. A moins que vous ne souhaitiez exprimer vos convictions les plus profondes, évitez l’écharpe rouge, l’écharpe Burberry ou la rayée multicolore Paul Smith, trop vues. Choisissez-les les plus longues possible, que vous ayez assez de matière pour l’enrouler autour de votre cou.

 

Si vous êtes un adepte du nouage d’écharpe en cravate ou en corde ou même avec un pan de chaque côté, veuillez ne pas lire les lignes suivantes. Si au contraire vous êtes ouvert à toute proposition, on ne saurait trop vous recommander le port de l’écharpe à la cool. Pas besoin d’être Lawrence d’Arabie pour faire ça savamment, il suffit d’enrouler, lâchez du leste pour être à l’aise et le tour est joué !

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

NOS PLUS BELLES VACANCES

Classé dans : CINEMA : Les films que nous avons moins aimés... — jcn54 @ 6:53

Un scénario naïf, une évocation caricaturale de la Bretagne… Le jeu des acteurs n’est absolument pas convaincant,  Philippe Lellouche est plus performant au théâtre. En bref, nous nous sommes ennuyés durant ce film.

NOS PLUS BELLES VACANCES dans CINEMA : Les films que nous avons moins aimés... nosplusbellesvacances

Synopsis : Juillet 1976, année de la canicule. Claude, juif d’Algérie arrivé en France quinze ans plus tôt, emmène sa jeune femme Isabelle, ses deux garçons et sa belle mère en Bretagne. C’est Isabelle, ayant pris Claude en flagrant délit d’adultère, qui a choisi pour les vacances le petit village où elle est née. Dès le lendemain de leur arrivée, Bernard et Bernadette, Jacky et Marie-France, deux couples d’amis, les y rejoignent. Au Rocher Abraham, ils sont accueillis avec méfiance par les autochtones à l’accent rugueux comme leurs mains… Principalement au café Pondemer, le café du village où les hommes se retrouvent. Juifs pieds-noirs, bretons catholiques, Parisiens, provinciaux… : la cohabitation n’est pas facile. Mais ce sont des hommes avant tout. Des vrais. Alors peu à peu, avec beaucoup d’humour, avec humanité, avec empathie, les choses vont évoluer, des liens se tisser… Le passé, les vieilles rancœurs, les inimitiés, seront balayés ! Laissant la place à l’amitié, aux émotions, aux amours de vacances… Des moments de vie qu’on n’oublie pas. Sentiments humains que chacun de nous connaît… Et le couple Claude-Isabelle qui se ressoude. Au Rocher Abraham, à vingt cinq kilomètres de la mer, même Bibou et Simon, deux frères complices, vont vivre un bel été. Leurs plus belles vacances ! Pour Simon surtout, qui va connaître ses premiers émois, son premier baiser, son premier amour.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

POT AU FEU DE PRINTEMPS

Classé dans : CUISINE GOURMANDE — jcn54 @ 6:52

POT AU FEU DE PRINTEMPS dans CUISINE GOURMANDE potaufeuprintemps

INGRÉDIENTS : (4 Pers) 1 poulet (env. 1,2 kg) découpé en huit parts, 1 botte d’oignons nouveaux, lavés, en rondelles, 250 g d’asperges vertes, coupées en petits morceaux, 200 g de petits carottes, lavées, en rondelles, 400 g de petites pommes de terre, 1 cuil. à soupe de thym, 2 feuilles de laurier, 1 gousse d’ail, finement haché, bouillon de volaille, huile, sel, poivre.

 Assaisonner le poulet et faire revenir dans un peu d’huile dans une cocotte. Ajouter le thym, le laurier et l’ail puis couvrir d’eau froide.

Laisser mijoter 30 minutes environ en écumant régulièrement. Ajouter les légumes préparés, cuire 20 minutes à feu doux.
Assaisonner avec le sel, le poivre et le bouillon. Servir bien chaud.

Bon appétit.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

CA S’EST PASSE UN 22 MARS

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:51

Première séance de cinéma, c’est en 1895.

Le 22 mars 1895, à Paris, Louis et Auguste Lumière donnent une première séance de cinéma devant la Société d’encouragement à l’industrie nationale…

Des siècles de tâtonnements

L’idée du cinéma n’est pas sortie du néant. Sous le nom de «lanterne magique», elle excite les imaginations depuis la Renaissance. Léonard de Vinci, semble-t-il, s’y intéresse.

En 1829, le Belge Joseph Plateau montre que la rétine de l’oeil garde pendant un dixième de seconde le souvenir d’une image. Il en conclut qu’on peut reproduire l’impression du mouvement en faisant se succéder au moins d’une dizaine d’images à la seconde.

Ce principe, à la base du dessin animé et du cinéma lui-même, va d’emblée inspirer différents appareils à but ludique, comme le stroboscope ou le kinétoscope. Le Français Émile Reynaud invente en 1877 le praxinoscope (des images sur un cylindre) et en 1889 présente au musée Grévin, à Paris, le «théâtre optique», l’ancêtre du dessin animé !

Edison, précurseur ou véritable inventeur du cinéma ?

De l’autre côté de l’Atlantique, l’insatiable inventeur Thomas Edison brevète dès 1891 un appareil à usage individuel pour le visionnage d’images animées (inadapté donc à des séances publiques), le kinétoscope. Le 9 mai 1893, il fait une démonstration de son appareil devant 200 invités du Brooklyn Institute of Arts and Science (New York).

Edison brevète aussi une caméra de prises de vues – le Kinetograph – avec un film perforé de 35 mm qui s’imposera à l’industrie du cinéma comme le format de référence. Il est toujours en usage. Le kinétoscope, quant à lui, passera à la trappe.

Le 23 avril 1896, quatre mois après la première séance publique des frères Lumière, l’inventeur américain Thomas Edison donne une première représentation de cinéma aux États-Unis avec le projecteur Vitascope au Music-hall Koster and Bial’s de New York. Il tourne ses films dans le studio giratoire (pour suivre le soleil) Black Maria de son laboratoire de West Orange. Ce studio de cinéma, le premier au monde, ne sera plus utilisé à partir de 1901. Sa démolition en 1903 laissera le champ libre à Georges Méliès, héritier des frères Lumière.

Des inventeurs sceptiques

Les frères Lumière sont les fils d’un fabricant franc-comtois de matériel photographique. Ils ont déjà à leur actif une importante contribution à la photographie avec un brevet sur la couleur quand, faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherches, ils déposent le 13 février 1895 le brevet du cinématographe (en abrégé, cinéma, du grec kinéma, mouvement).

Leur invention restitue l’impression de mouvement à partir d’un film perforé que fait défiler un opérateur à la vitesse de dix-huit images par seconde (aujourd’hui, les films se déroulent à 24 images/seconde ; cette différence explique le caractère saccadé des films Lumière lorsqu’ils se déroulent sur des appareils de projection modernes).

Les frères Lumière voient dans le cinéma une curiosité scientifique, sans plus, et vont l’exploiter comme une attraction de foire. C’est ainsi que le mois suivant, Louis Lumière réalise le premier film de comédie de l’Histoire : L’arroseur arrosé, qui met en scène son jardinier, M. Clerc, et un jeune apprenti, Duval.

«Un art est né sous nos yeux», écrira le critique Georges Sadoul en parlant de cette aventure (le septième !). Mais c’est à un magicien, Georges Méliès, que reviendra l’honneur d’en révéler les potentialités quelques mois plus tard…

CA S'EST PASSE UN 22 MARS dans JOUR ANNIVERSAIRE frereslumiere

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

22/03/2012

Classé dans : PROVERBES, DICTONS, CITATIONS — jcn54 @ 6:44

PROVERBE :  » Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. « 

DICTON :  » En mars les vaches au pré, si ce n’est pour manger, c’est pour s’y gratter. « 

CITATION :  » Il est facile de dire aux personnages ce qu’on pense d’eux. « 

( Louis Jouvet )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 mars 2012

JEUDI 22 MARS 2012

Classé dans : EPHEMERIDE DU JOUR — jcn54 @ 6:40

82è jour de l’année, 284 jours restants, 12è semaine aujourd’hui on fête les Léa ainsi que les Léïla , Lia et Lila.

Le jour se lève à 06h33 et se couche à 18h51.

Nouvelle lune. 

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake