Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

COQUELICOTS 20 juin, 2012

Classé dans : FLEURS — jcn54 @ 20:21

J’ai descendu dans mon jardin
Pour y cueillir du romarin
Gentil
coquelicot Mesdames
Gentil coquelicot nouveau…

COQUELICOTS dans FLEURS BINIC-1-048

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

C’EST PARTI

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 20:20

La photo de famille a été faite lundi soir.

C'EST PARTI cestparti

La croissance est le maître-mot retenu par les chefs d’État et de gouvernement
du G20 réunis à Los Cabos au Mexique et qui doivent publier mardi une
déclaration commune. «Nous nous engageons à adopter les mesures nécessaires pour
renforcer la demande, soutenir la croissance mondiale et restaurer la
confiance», affirment ces pays riches et émergents dans un projet de communiqué.
«Une croissance forte, durable et équilibrée reste la priorité numéro un du G20,
car elle amène une création d’emplois plus importante et accroît le bien-être
des peuples dans le monde entier», ajoutent-ils.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

PARMENTIER SUCRE-SALE A L’EMMENTAL

Classé dans : CUISINE GOURMANDE — jcn54 @ 20:18

PARMENTIER SUCRE-SALE A L'EMMENTAL dans CUISINE GOURMANDE parmentiersucresale

INGRÉDIENTS : ( 6 Pers.) 200 g d’Emmental français râpé, 800 g de pommes de terre, 400 g de viande de boeuf  hachée, 2 cuil. à soupe d’huile d’arachide, 1 noix de beurre, 2 aubergines, 1 oignon, 100 g de raisins  de Corinthe, sel, poivre.

 Cuire les pommes de terre dans un grand volume d’eau salée pendant 30 minutes puis les égoutter et les éplucher.
Peler l’oignon et le hacher finement. Le poêler dans l’huile agrémentée d’une noix de beurre pendant 2 minutes. Quand
l’oignon commence à dorer, ajouter la viande de boeuf hachée, les raisins de Corinthe, saler et poivrer. Arrêter la cuisson quand la viande est
cuite.

Couper les aubergines en lamelles puis, dans une poêle à part, les poêler de chaque côté. Ecraser les pommes de terre à la fourchette puis
ajouter l’Emmental râpé afin qu’il se lie à la purée.

Préchauffer le four pendant 10 minutes à 210°C (th. 7).

Dans un plat à gratin, disposer au fond la moitié de la purée de pommes de terre à l’Emmental puis, ajouter le mélange  de viande hachée et de raisins de Corinthe, les tranches d’aubergines poêlées et enfin, le reste de pommes de terre.

Enfourner le plat pendant 20 à 25 minutes.

Servir avec un accompagnement de salade.

Bon appétit.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

CA S’EST PASSE UN 21 JUIN

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 20:16

CA S'EST PASSE UN 21 JUIN dans JOUR ANNIVERSAIRE jeanmoulin

Arrestation de Jean Moulin, c’est en 1943.

Le 21 juin 1943, la Gestapo investit la villa du docteur Dugoujon, à
Caluire, une petite ville proche de Lyon, où se tient une réunion
importante du Conseil National de la Résistance. Sans doute le chef de la
Gestapo de Lyon, Klaus Barbie, a-t-il été informé par l’un des participants, le
dénommé René Hardy.

Celui-ci seul arrive à s’enfuir. Parmi les résistants arrêtés, les Allemands
ne tardent pas à identifier Jea
Moulin
, chef de la résistance intérieure. Ils le transfèrent à Paris puis à

Berlin où il n’arrivera jamais. Le 8 juillet 1943, il meurt des suites des
tortures et des mauvais traitements en gare de Francfort.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

21/06/2012

Classé dans : PROVERBES, DICTONS, CITATIONS — jcn54 @ 20:15

PROVERBE :  » A petit présent, petit merci. « 

DICTON :  » Labour d’été vaut fumier. « 

CITATION :  » Une erreur ne devient une faute que lorsqu’on ne veut pas en démordre. « 

( Ernst Junger )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

JEUDI 21 JUIN 2012

Classé dans : EPHEMERIDE DU JOUR — jcn54 @ 20:15

173è jour de l’année, 293 jours restants, 25è semaine, aujourd’hui on fête les Rodolphe ainsi que les Aloïs, Gina, Gino, Gonzague, Loïs, Louis de Gonzague, Ralph, Raoul et Rudy.

Le soleil se lève à 05h47 et se couche à 21h57.

Lune décroissante pleine à 6%.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

NOTRE-DAME DE SION-VAUDEMONT SUR LA COLLINE INSPIREE (54)

Classé dans : CHAPELLES, EGLISES, CATHEDRALES — jcn54 @ 6:38

Sur le plateau de Sion, dès la période gauloise, les hommes venaient honorer Rosmertha, déesse de la fécondité. Les romains ont ensuite édifié ici un temple à Mercure, dieu du commerce. Le premier témoignage du christianisme en Lorraine, qui remonte au Vème siècle a aussi été découvert sur ce site.

Sion s’est révélé très tôt un lieu de dévotion populaire, il s’affirme comme un lieu dédié à la Vierge Marie à partir du X ème siècle. Plus tard les pélerinages vont se développer sous l’influence des comtes de Vaudémont devenus ducs de Lorraine.

Sion est un des lieux du diocèse de Toul où le Christianisme s’établit dès une époque très reculée. On y a trouvé l’épitaphe d’un jeune chrétien, nommé Nicétius, qui vivait au IVe ou Ve siècle. Une église, dédiée à Notre-Dame, y fut élevée, centre d’une très vaste paroisse à l’époque carolingienne. Dans cette paroisse se trouvait Vaudémont, dont les comtes favorisèrent le culte de la Vierge : au début du XIVe siècle, Henri II construisit le chœur de l’église actuelle où il plaça une très belle statue de Notre-Dame allaitant l’Enfant Jésus, détruite en 1793. En 1396, le comte Ferri et sa femme fondèrent, avec 36 seigneurs du pays, la Confrérie des chevaliers de Notre-Dame de Sion. Mais c’est au XVIe siècle surtout que le pèlerinage prit un grand développement, devenant comme le centre religieux du patriotisme lorrain. En 1669, le duc Charles IV, à qui Sion doit beaucoup, fit par acte notarié donation solennelle de ses états à la Vierge Marie, qu’on honora dès lors du titre de Duchesse de Lorraine. Les successeurs de Charles IV ne furent pas moins fidèles à Notre-Dame de Sion ; le roi Stanislas lui-même, très dévot, fit construire la nef de l’église, telle qu’elle existe encore. La Révolution sembla anéantir le pèlerinage : l’antique statue brisée, le sanctuaire déserté. Mais, dès 1797, le culte y fut rétabli et on remplaça l’image disparue par une gracieuse statue provenant de Vaudémont. Le pèlerinage connut au XIXe siècle un développement qu’il n’avait encore jamais atteint, et que ne ralentirent pas les extravagances dans lesquelles tombèrent trois prêtres, les frères Baillard, qui le dirigeaient au milieu du siècle. Pour combattre leurs erreurs, l’évêque de Nancy confia l’église de Sion aux Oblats de Marie Immaculée. Après la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, on édifia la tour de l’église dominée par la Statue de Marie-Immaculée. En 1873, le 10 septembre, par ordre du bienheureux Pie IX, la statue du sanctuaire fut couronnée. Dans les époques les plus troublées de notre histoire récente, de 1870 à 1945, N.-D. de Sion fut considérée comme le haut-lieu de l’unité lorraine, perdue et retrouvée à deux reprises. Pie XI érigea le sanctuaire en basilique en 1933.

NOTRE-DAME DE SION-VAUDEMONT SUR LA COLLINE INSPIREE (54) dans CHAPELLES, EGLISES, CATHEDRALES SION-009

SION-010 dans CHAPELLES, EGLISES, CATHEDRALES

SION-011

SION-012

SION-013

SION-014

SION-015

SION-017

SION-019

SION-024

SION-025

SION-027

SION-030

SION-032

SION-039

SION-040

SION-041

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

OCCUPE

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 6:37

En pleine conférence de l’ONU sur le développement durable à Rio, 300 membres des communautés amazoniennes ont occupé le chantier du barrage de Belo Monte, un ouvrage géant au cœur de la forêt.

OCCUPE pare

L’objectif des manifestants, qui ont utilisé leur corps pour écrire le message Belo Monte» (Arrêtez Belo Monte) est de dénoncer une fois de plus «lescrimes sociaux et environnementaux occasionnés par la construction de ces grandsprojets hydroélectriques en Amazonie». Belo Monte est le premier d’une dizaine e barrages que le gouvernement brésilien veut construire dans la région pour
assurer l’approvisionnement énergétique dont la sixième économie du monde abesoin pour croître.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

GASPACHO ANDALOU

Classé dans : CUISINE DU MONDE — jcn54 @ 6:31

GASPACHO ANDALOU dans CUISINE DU MONDE gaspacho

INGRÉDIENTS : ( 4 Pers.) 6 tomates, 3 poivrons verts, 3 piments rouges, 1 concombre, 1 gousse d’ail, huile, vinaigre, sel, 1 litre d’eau froide, échalote, cumin, cerfeuil haché.

Passez tous les légumes au moulin.

Faites une vinaigrette, avec poivre, cumin, ail.

.Mélangez la vinaigrette aux légumes et ajoutez-y si vous voulez, quelques rondelles de pain.

Saupoudrez de cerfeuil et d’échalotes hachées finement.

Versez 1 litre d’eau froide et servez très frais avec des cubes de glace.

Bon appétit.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 juin 2012

CA S’EST PASSE UN 20 JUIN

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:28

CA S'EST PASSE UN 20 JUIN dans JOUR ANNIVERSAIRE Sans-titre-1

Alexandre Yersin isole le bacille de la peste, c’est en 1894.

Jeune homme anticonformiste

Le jeune homme est né en 1863 dans une famille
puritaine de la région de Lausanne. Il s’intéresse très jeune à la flore et à la
faune, avant de se déterminer à étudier la médecine, d’abord à Marbourg, puis à
Paris.

Engagé comme préparateur par Roux, il effectue à l’Institut Pasteur une thèse sur
la tuberculose tout en contribuant à l’isolement de la toxine diphtérique.
Faisant preuve d’une indépendance d’esprit singulière pour l’époque, il suit
également le cours de bactériologie de Robert Koch, ancien rival de Louis
Pasteur, à l’Institut d’hygiène de Berlin.

Épris d’aventure, le jeune homme obtient en 1890 un poste de médecin
militaire en Indochine et en profite pour explorer les hauts plate

Alexandre Yersin isole le bacille de la peste, c’est en 1894.

Le 20 juin 1894, Alexandre Yersin, un médecin militaire formé à l’Institut
Pasteur, isole à Hong-Kong le bacille de la peste.aux de
Cochinchine et d’Annam.

En 1894, il se lance dans la plantation d’hévéas. C’est alors qu’une épidémie
de peste ravage la Chine méridionale. Le chercheur est aussitôt mandaté par le
gouvernement français et l’Institut Pasteur pour enquêter sur les sources du
mal.

Alexandre Yersin se rend à Hong-Kong où l’a précédé une équipe japonaise. Il
va communiquer avec eux sur ses travaux mais c’est à lui qu’en définitive
reviendra le mérite de la découverte.

Pourvu de moyens dérisoires, Yersin réussit à identifier et isoler en trois
semaines le responsable de ce fléau
immémorial qui terrorise les hommes de toutes conditions et de tous pays. Il
s’agit d’un microbe très résistant qui porte depuis lors le nom de son
découvreur : le bacille de Yersin («Yersinia pestis»).

Il existe à l’état naturel chez certains rongeurs
d’Asie et peut être transmis par l’intermédiaire de puces à des rats et, de là,
à l’homme.

Le docteur teste avec succès le bacille sur des cochons d’Inde, dans la
paillotte ci-contre.

Revenu à Paris l’année suivante, Alexandre Yersin met au point avec Calmette
et Roux un vaccin et un sérum contre la peste. De retour à Canton, il démontre
l’efficacité de ces remèdes sur un séminariste promis à la mort.

Un Franco-Suisse aimé des Vietnamiens

Le médecin porte dès lors ses efforts sur le développement des Instituts
Pasteur fondés à Hanoi, Saigon, Nha Trang et Dalat (sérums, vaccins, travaux
d’hygiène). Il encourage en parallèle l’introduction dans le pays de l’arbre à
caoutchouc et de l’arbre à quinine. Il élève aussi des chevaux pour la
fabrication du sérum et implante des races de vaches laitières.

Yersin promeut l’extraction industrielle de la quinine et choisit Dalat pour
y établir des sanatoria. Ses initiatives lui valent de devenir le premier doyen
de la faculté de médecine de Hanoï en 1902, mais il renonce bientôt aux honneurs
pour défendre les intérêts du peuple annamite fort méprisé et exploité, vivant
au sein de la population dans le village de Soui Dau, près du port de Nha Trang
(Annam).

Selon les termes d’une lettre écrite vers 1890, «demander de l’argent
pour soigner un malade, c’est un peu lui dire la bourse ou la vie !»

Alexandre Yersin meurt en 1943, pendant l’occupation japonaise. C’est à peu
près la seule figure de l’époque coloniale qui n’a pas cessé d’être vénérée au
Viet-Nam, où toutes les villes ont un lycée à son nom. Paradoxalement, la Suisse
et la France (dont il avait adopté la nationalité) l’ont en revanche bien
délaissé…

 

12
 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake