Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

L’ORDINATEUR 14 avril, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 3:11

L'ORDINATEUR dans INVENTIONS pc3

L’histoire de l’informatique est jalonnée du nom de mathématiciens, de logiciens et d’ingénieurs qui développèrent des inventions ou des concepts que l’on retrouve aujourd’hui dans les ordinateurs modernes. Dès le XIXè siècle, Charles Babbage décrivit un ordinateur programmable mécanique, la machine à différences, sans jamais réussir cependant à la construire entièrement. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’ingénieur allemand Konrad Zuse mit au point sa machine Z3, tandis que les Anglais développèrent le Colossus pour décrypter les messages ennemis. Mais le premier ordinateur entièrement programmable, c’est-à-dire répondant aux critères de la machine de Turing (excepté au sujet de la mémoire, censée être infinie), fut l’ENIAC. Le projet, lancé par l’armée américaine en 1943, donna naissance à une machine opérationnelle en février 1946. Chaque programme nécessitait le recablage complet de la machine, contrairement au Colossus anglais, qui fonctionnait grâce à des bandes perforées.

 

4 Commentaires

  1.  
    Josette
    Josette écrit:

    A ce jour, on ne peut plus s’en passer, n’est ce pas Jean Claude ?
    bises et bon dimanche à vous deux

  2.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    ha c’st le tien :lol:

  3.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Maintenant, ils sont de plus en plus puissants pour une taille de plus en plus petites !!!
    ARSENE GRISALI

  4.  
    jijimagiccinqsept
    jijimagiccinqsept écrit:

    Salut JC,

    8-O Tu crois que ça marchera chez nous, ces machines-là ?!? ;)

    Ce qui est marrant, c’est dans mon « acte 9″ qui se déroule en 1926, je fais poser cette question au sujet de la TSF à deux personnages nés au 19ème siècle, ce qui était déjà une révolution technologique à l’époque…
    Un gus venait juste d’inventer le principe de la télévision, le cinéma devint parlant l’année d’après (1927) et tu vois où on en est aujourd’hui ?

    Le plus important, c’est que l’humain continue à s’émerveiller et à rêver autour de ces techniques, non de s’en rendre esclave…
    Amitiés,
    Jean-Jacques.

    Dernière publication sur  : Adieu Manitas...