Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 octobre 2015

CIMETIÈRE CHINOIS DE NOYELLES SUR MER (80) 19 octobre, 2015

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 6:55
Ce cimetière civil, entretenu par la Commonwealth War Graves Commission, est situé en Baie de Somme ; dans l’arrière pays, entre St-Valery-sur-Somme et Le Crotoy.
L’endroit a pour particularité d’avoir son porche d’entrée qui tient lieu de mémorial.
 
Dans cette petite nécropole, au beau milieu des prés et des champs, reposent les corps de 842 Chinois qui décédèrent de maladie à l’hôpital du « Native Labour », ambulance située près de l’important camp de Noyelles-sur-Mer ; une base arrière des forces militaires et logistiques britanniques.
 
Ces hommes de peine, tout droit venus des colonies anglaises, ont été amenés sur le théâtre des opérations en France, parfois après avoir vécu de pénibles conditions de voyage par la mer ; parfois traité comme du simple bétail.
Ces Asiatiques constituent, par leur importance, le premier grand flux migratoire en France.
 
Ces coolies furent recrutés, par l’armée britannique, et, avec l’accord des autorités chinoises, dans le cadre du Corps de travailleurs chinois, pour des tâches civiles à l’arrière du front. Certains, cependant, connaîtront les zones de combat et la mort.
Outre leurs conditions de vie peu enviables, ces ouvriers avaient pour interdiction de se mêler à la population civile du lieu où ils étaient affectés à des tâches… souvent ingrates et rudes ; parfois utilisés comme ouvriers dans des usines d’armement ou des poudreries (Bourges)…
 
Le « Corps de travailleurs chinois » passera d’un effectif de 54.000 hommes, fin 1917, à près de 100.000 en 1918-19. Le plus gros du contingent sera encore employé en France au moment de l’Armistice. Quelques 2 à 3.000 Chinois demeureront là, la paix retrouvée…
 
Beaucoup des hommes enterrés dans ce cimetière de Noyelles, à la mode chinoise, sont morts de maladie. Certains à cause de la grande épidémie de choléra ; d’autres de la tuberculose, ou encore de la grippe espagnole, cette pandémie qui frappa indistinctement militaires et civils entre 1918 et 1919.
 
En totale infraction au regard de ce que prévoyait leur contrat de travail, certains coolies furent tués sur le front durant les hostilités (lors du transport de marchandises, de munitions, de nourriture ou lorsqu’employés à la construction d’ouvrages de tranchées, de voies ferrées…). D’autres, après l’Armistice, connaîtront le même sort durant les travaux d’assainissement des terrains ayant servi lors des combats (tranchées, sapes, bunkers et autres gourbis…) ou lors d’opérations de déminage…
 
Dans le cimetières…
Les stèles de marbre blanc sont ornées des inscriptions suivantes, en anglais : « Faithful unto Death » ; « Though death he still liveth » ; « A good reputation endures for ever »…, ainsi que d’un idéogramme en chinois. Parfois, le nom ou le matricule du défunt sont gravés dans la pierre.(!).
 
La Commonwealth War Graves Commission maintient en état, depuis près d’un siècle, ce lieu qui constitue le plus grand cimetière chinois d’Europe.
DSCN3967
DSCN3968
DSCN3969
DSCN3970
DSCN3972
DSCN3973
DSCN3974
 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 octobre 2015

CHERCHEZ L’INTRUS

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 6:54

Une biche albinos toute blanche.

biche

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake