Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

LA PROMENADE DES CHAUSSURES A BUDAPEST (HONGRIE) 15 novembre, 2016

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 9:09

UNE VISITE TRÈS ÉMOUVANTE LORS DE MON SÉJOUR A BUDAPEST

Sur les bords de la rivière se trouve un monument pour les Juifs hongrois abattus et jetés dans le Danube par les membres du Parti des Croix fléchées (fasciste) en 1944. Intitulé Chaussures au bord du Danube(Cipők un Dunaparton) par le sculpteur Gyula Pauer et le réalisateur Can Togay, c’est un site très simple : 60 paires de chaussures et souliers de style ancien en fonte, jetés n’importe comment sur la rive de la rivière… Mais c’est l’un des monuments les plus poignants de Budapest.

Les membres du Parti des Croix fléchées leur avaient demandé d’enlever leurs chaussures juste avant de les abattre et de se faire emporter par le courant du Danube.

CHAUSSURES

CHAUSSURES1

CHAUSSURES2

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

Y’A DE LA JOIE

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 9:08

Un chaton saute les 4 pattes en l’air.

joie

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

LE BASTION DES PÊCHEURS A BUDAPEST (HONGRIE) 14 novembre, 2016

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 9:10

Un lieu calme et reposant, un lieu illuminé par le soleil quand il fait beau, un lieu en hauteur, face à Pest et au Danube, un lieu tout simplement charmant : le bastion des pêcheurs. Près du Palato et face au Parlement, il plonge le voyageur au cœur de Budapest, avec une vue panoramique immense. Dans le genre du Sacré Cœur à  Paris, on peut voir la ville d’un bout à l’autre, et même jusqu’à la périphérie. Cet édifice est un hommage néoroman dédié aux pêcheurs hongrois chargés de défendre ce côté là des remparts, au Moyen-Âge. On peut y accéder directement en venant du Château Royal, ou par le fleuve, en montant des escaliers au milieu de maisons colorées et typiques du pays. Une petite halte à faire au milieu d’une promenade, quelques instants de répit pour profiter du spectacle, souvent accompagnés d’agréables notes de musique, comme celle des violonistes qui viennent jouer sur les remparts, un petit instant de bonheur à vivre en silence ou à plusieurs, devant la beauté et le romantisme de la ville.

bastion

bastion1

bastion2

bastion3

bastion4

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

DE PÈRE EN FILS…

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 9:04

Des papas donnent le biberon à leurs bébés

biberon

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

C’EST DIMANCHE 13 novembre, 2016

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 8:28

Afficher l'image d'origine

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

LA CHANSON DU DIMANCHE

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 8:26

SHAWN MENDES

Treat you better

Image de prévisualisation YouTube

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

ILE DE SANTORIN DANS LES CYCLADES (GRECE) 12 novembre, 2016

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 9:40

Santorin offre l’un des spectacles naturels les plus saisissants de la Méditerranée : l’île est formée par le cratère d’un volcan enfoui sous l’eau, dont la caldeira sous-marine est considérée comme la plus grande du monde, avec 83 km2. Santorin offre l’image d’une longue falaise en à-pic de 80 à 120 m de haut, où se superposent des couches géologiques de cendres noires ou rouges, avec un village blanc perché au sommet.

SANTORIN

SANTORIN1

SANTORIN2

SANTORIN3

SANTORIN4

SANTORIN5

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

A FAIRE TREMBLER

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 9:39

Un ocelot avec un regard de tueur

regard1

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

LE TEMPLE DE ZEUS A OLYMPIE (GRECE) 11 novembre, 2016

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 9:48

Le temple resta un des plus importants lieux de culte panhellénique durant près de neuf siècles de 456 av. J.-C. à 397 apr. J.-C. (date de l’interdiction des jeux par l’empereur Théodose), puis il fut complètement détruit par un tremblement de terre au VIe siècle apr. J.C. et les ruines furent recouvertes par la boue de l’Alphée jusqu’au XVIIIe siècle (en 1776) où l’archéologue anglais Richard Chandler localisa le site. Des fouilles systématiques furent entreprises à la fin du XIXe pendant six ans, puis poursuivies après 1936 jusqu’en 1966. Pour se faire une idée exacte du temple, il faut confronter les résultats des fouilles archéologiques au texte que Pausanias écrivit après son séjour en Élide au IIe siècle après J.-C.

Extérieur

Aucune des colonnes hautes de plus de 10 mètres n’est debout aujourd’hui à cause de plusieurs tremblements de terre et d’inondations provoquées par le changement de cours des deux rivières le Kladéos et l’Alphée.
C’était un temple périptère (une rangée de colonnes entourait le bâtiment) dont l’entrée était à l’est, ainsi la lumière pouvait éclairer le pronaos (vestibule) et parvenir le matin jusqu’au naos (l’endroit le plus sacré où au fond siégeait la statue du dieu).
Les fouilles archéologiques ont mis à jour des fragments de métopes des frontons du pronaos et de l’opisthodome (littéralement « chambre de derrière » ; lieu où l’on entrepose le trésor du dieu et les offrandes qui lui sont faites ; il n’y a pas de communication avec le naos) qui mettent en scène les travaux d’Héraklès. On peut voir actuellement ces vestiges au musée du Louvre..
Le fronton Est mettait en scène les préparatifs de la course de char qui opposa, dit la légende, Œnomaos et Pélops pour la main d’Hippodamie. Au centre de cette composition se dresse Zeus.
Le fronton Ouest représente la bataille des Centaures contre les Lapithes. Au milieu du fronton se tient Apollon. La reconstitution de ces deux frontons est actuellement présentée au musée d’Olympie. De rares traces de couleurs sont visibles au niveau des yeux et des cheveux de certaines figures. Voir sur le site de l’université de Richmond, quelques images des frontons.
Le sommet du temple devait dépasser 22 mètres, les tuiles du toit étaient en marbre.

Intérieur

Une double colonnade dorique supportait au nord et au sud la structure en bois du plafond du naos sur deux niveaux.

temple ol

templeol2F

Fronton est (ensemble)

templeol3

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

SOUVENIR

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 9:47

Photo souvenir en haut d’un chantier

photo

 

123456
 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake