Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

LE CHÂTEAU DE MALBROUCK (57) 22 août, 2016

Classé dans : CHATEAUX,RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 9:08

Lieu d’étonnement, de découverte et d’imaginaire, le Château de Malbrouck, classé monument historique, situé aux frontières de l’Allemagne et du Luxembourg, est un lieu de culture interdisciplinaire. Il présente de multiples attraits architecturaux et historiques et propose des expositions temporaires. Construit au début du 15e siècle par le puissant Seigneur Arnold VI de Sierck, ce château doit son nom actuel au fameux Duc de Malbrouck, celui qui s’en va en guerre… Après une campagne de travaux qui dura dix ans, le Château de Malbrouck propose une exposition dynamique qui retrace cinq siècles d’histoire à travers des décors, de l’imagerie surprenante, des maquettes. Malbrouck est aussi un lieu de vie où il est possible de participer à des banquets médiévaux ou d’assister à des spectacles les plus variés.

MALBROUK

MALBROUK1

MALBROUK2

MALBROUK3

MALBROUK4

MALBROUK5

MALBROUK6

 

 

CHÂTEAU DE TIFFAUGES (85) 7 mai, 2016

Classé dans : CHATEAUX,RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 8:10

Le château de Tiffauges est situé sur la commune de Tiffauges, dans le département français de la Vendée. Il est parfois appelé « château de Barbe bleue », en raison de Gilles de Rais, son résident le plus célèbre ainsi surnommé. 

C’est Geoffroy de Thouars qui construit le château au xiie siècle et le village, situé le long de la Crume, au pied du promontoire était protégé par un rempart muni de tours.

Tiffauges est la dot de Catherine de Thouars qui épouse Gilles de Rais en 1420. C’est le château où ce dernier aurait perpétré ses atrocités. Après sa mort le 26 octobre 1440, sa veuve Catherine de Thouars se remarie avec Jean II de Vendôme, vidame de Chartres. Celui-ci fait élever en 1520 la tour qui portera son nom, la tour-Vendôme.

TUFFAUGES

Entrée du château de Tiffauges 

tuffauges1

Spectacle médiéval au château de Tiffauges 

tuffauges2

Scène du spectacle médiéval 

tuffauges3

Le châtelet 

tuffauges4

Armes anciennes 

tuffauges5

Vestiges de la chapelle castrale Saint-Vincent, et église contemporaine en arrière-plan 

tuffauges6

Reconstitution du château de Tiffauges et de son enceinte, par Georges Balleyguier, 1886 

 

 

CHÂTEAU D’APREMONT (VENDEE) 6 mai, 2016

Classé dans : CHATEAUX,RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 8:52

Le château fort primitif date sans doute du XIIIe siècle et avait été construit sur un promontoire rocheux dominant la Vallée de la Vie. Les deux magnifiques tours actuelles faisaient partie d’un château Renaissance construit dans la première moitié du XVIe siècle par Philippe CHABOT de BRION, amiral de France et ami du Roi François 1er, à l’emplacement d’une partie de la forteresse médiévale. 

apremont

APREMONT1

La voute cavalière

APREMONT2

Les tours d’entrées

APREMONT3

La chapelle et la tour Est

APREMONT4

Les remparts

 

 

LE CHÂTEAU DE BOULOGNE (07) 22 novembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 11:15

Quand on arrive au Château de Boulogne, c’est la porte d’entrée que l’on remarque, après le reste est dérisoire. Quelle étrange porte !

Le château ne se visite pas, il est fermé par arrêté municipal, mais il est possible d’en faire le tour.

En vous garant sur le parking, une chaîne vous interdit d’approcher le portail monumental, mais il est quand même difficile de résister, un petit coup d’oeil au près est vraiment nécessaire. En plus, il faisait presque nuit quand je m’y suis rendue, donc la luminosité n’aidant pas, l’approche était indispensable ! 

boulogne

avril2013ardèchefuji 098

avril2013ardèchefuji 096

avril2013ardèchefuji 101

avril2013ardèchefuji 102

avril2013ardèchefuji 095

 

 

CHÂTEAU DE PICQUIGNY (80) 19 novembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 9:14

Le château fort de Picquigny date de 613, il se situe sur la commune de Picquigny à proximité et à l’ouest d’ Amiens, dans la Somme. Véritable verrou sur le fleuve, il contrôle aussi bien la circulation des marchandises que celle des hommes par la présence d’un péage. La seigneurie de franc-alleu de Picquigny qui fut donnée en partage à l’un des compagnons de Clovis avec ses droits singuliers et ses prérogatives fut l’une des plus belles et importantes seigneuries du royaume de France. Le château fut pris par le roi Dagobert en 632. Il faut attendre 942 pour rencontrer des données plus précises. Le lignage de Picquigny a légué à la postérité l’un des plus anciens fonds d’archive émanant d’une maison seigneuriale, au nord de la Loire (archives nationales R 672-678). Le premier seigneur connu de Picquigny est Guermond, sa femme s’appelait Adèle (1013). Eustache de Picquigny est le premier Vidame d’Amiens en 1040 et avoué de l’abbaye de Corbie (lui donnant le droit de frapper monnaie). Cette seigneurie comptait au XVIIe siècle, 1 800 vassaux, 700 fiefs et 443 arrière-fiefs. Eustache fait partie des guerriers qu’on voit figurer parmi les conquérants normands de l’Angleterre, sous le nom de Pinkeney. Il sera récompensé par des terres dans les cantons d’Essex et de Northampton, où il y fonda avec son fils des monastères. Eustache avait trois frères : Jean, archidiacre d’Amiens, Guillaume (conquête de l’Angleterre 1066) et Germond. Ce dernier suivit Godefroy de >Bouillon en terre Sainte. Il devient Patriarche de Jérusalem (1118-1128). Il convoque avec le roi Baudoin le concile de Napelouse 1120 (23 janvier). Les Templiers porteront les armes du patriarche, la croix patriarcale (trésor de notre dame de Paris) au cours des croisades, cette croix du patriarche sera portée par les Templiers jusqu’à la mort de Picquigny. ( Les actes du concile de Naplouse font état d’une société régie à la fois par le roi et par le Patriarche. Le canon 20 donne naissance à l’ordre des Templiers qui passe de l’obédience du prieur du Saint Sépulcre à celle du Patriarche Latin de Jérusalem, car il montre d’abord que l’autorité ecclésiale est prête à revoir la position de l’église grégorienne, qui visait à créer un corpus de clercs bien séparé des activités mondaines, des armes et des femmes. Par ce canon, le clerc est autorisé à porter des armes pour la défense. Ces chevaliers qui assurent le rôle de police des routes pour les pèlerins peuvent devenir un ordre religieux à tous les effets, sous l’obédience du Patriarche Germond de Picquigny. Le concile de Naplouse confirme l’ordre du chevalier du Temple et le concile de Troyes approuve la rédaction de la règle du Temple en 1129). La devise des barons de Picquigny est : « Je descends du très haut et du dieu de la guerre ».

DSCF9048

DSCF9059

DSCF9050

DSCF9051

DSCF9054

DSCF9055

DSCF9068

DSCF9073

 

 

LE CHÂTEAU DE RAMBURES (80) 8 novembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 8:28

C’est au milieu du XIème siècle que le nom des Rambures se présente pour la première fois dans l’Histoire.

Depuis cette époque, la terre familiale des Rambures située au coeur du Vimeu, aux confins de la Normandie et proche de la Baie de Somme a vu s’élever plusieurs constructions à l’écart de la vieille motte féodale dont nous distinguons les vestiges près de l’église paroissiale.

Premier château « Brique et pierre » de France présentant des innovations défensives, le château actuel est achevé au XVème siècle, le tout sur fond de Guerre de Cent ans.

DSCF9013

DSCF9008

DSCF9012

DSCF9014

DSCF9016

DSCF9017

 

 

CHATEAU D’ARRY (80) 24 octobre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 21:32

Le château d’Arry fut construit vers 1761 pour le comte de Courteville d’Hodicq par l’architecte boulonnais
Giraud Sannier. Une console dans le salon, ornée d’un jeu de cartes dessiné dans le marbre, « le jeu de la reine »
rappelle dans quelles circonstances il fut édifié. Le Comte, joueur passionné, venait  de perdre sa fortune au jeu
et se lamentait  de ce qu’il ne pourrait pas faire bâtir son rendez-vous de chasse quand la Reine Marie Leczinska
l’entendant remit l’argent en jeu et le lui fit regagner.
La rivière Maye qui coule d’Est en Ouest a commandé l’orientation Nord-Sud du château car de la façade orientée
au sud on pouvait admirer le jardin à la française avec son plan d’eau, c’est un simple bâtiment avec avant corps
central aux angles arrondis côté cour & en léger ressaut côté jardin. Seul l’avant-corps est surmonté d’un toit à la
Mansart. Arry est dans la lignée des demeures des champs appartenant au cond groupe du XVIIIe siècle, tout de
simplicité et d’harmonie, fort semblable à Dompierre-sur-Authie.

DSCF8625

DSCF8627

 

 

LE CHÂTEAU DE HAROUE 22 septembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 5:28

Le Château de Haroué est l’œuvre de l’architecte Germain Boffrand (1667-1754) pour le prince Marc de Beauvau-Craon, ami d’enfance du duc Léopold (1690-1729). Marc était également vice-roi de Toscane, prince du Saint-Empire, Grand d’Espagne et reconnu cousin du roi par Louis XV.

En 1704, il se maria avec Anne-Marguerite de Ligniville, descendante d’une ancienne famille de la chevalerie lorraine, avec qui il eut 20 enfants, dont Charles-Just (1720-1793), qui fut membre de l’Académie française et maréchal de France sous Louis XVI.

Le Château de Haroué fut érigé entre 1720 et 1732 sur les fondations du château de Bassompierre.

HAROUE

HAROUE1

HAROUE2

 

 

LE CHÂTEAU DE COURCELLES 21 septembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 7:57

Le château fut construit en 1713 par Charles Joseph de Courcelles, conseiller secrétaire du Roi, grand ‘voyer’ (ingénieur des chemins) en la généralité de Metz, époux de Barbe Besser.

courcelles

courcelles1

courcelles2

courcelles3

courcelles3

courcelles5

courcelles6

 

 

LE CHÂTEAU DE LUNÉVILLE (54) 20 septembre, 2015

Classé dans : CHATEAUX — jcn54 @ 7:01

“Le Versailles Lorrain” est un chef-d’œuvre de l’architecture du 18ème siècle. Il a été embelli et agrandi par Stanislas Leszczyński, duc de Lorraine. Vous pourrez vous promener dans les jardins du château, à l’ombre des feuillages ou au bord des bassins.

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2003, un gigantesque incendie ravageait l’aile sud du Château de Lunéville. 10 ans après, l’édifice est le théâtre du plus grand chantier de reconstruction patrimoniale d’Europe ! 

Lorsque la Lorraine se réveille au matin du 3 janvier 2003, l’émotion est grande. L’un de ses joyaux architecturaux et patrimoniaux vient d’être dramatiquement touché. On apprendra plus tard qu’un court-circuit électrique est à l’origine de cet incendie qui a pris dans la chapelle avant d’embraser toute l’aile sud du château, aile qui abrite le musée des faïences, les anciens appartements et la bibliothèque. Comble de malchance, les 150 pompiers mobilisés ont dû faire avec des rafales de vent de plus de 100 km/h qui attisaient les flammes. Ils ne réussiront à maîtriser le sinistre qu’en fin de nuit. Problème : l’eau déversée pour éteindre le brasier attaque à son tour le bâtiment et ses trésors… 8000 ouvrages sont partis en fumée, ainsi que des tableaux et des objets précieux. Les pertes sont inestimables…

La Lorraine va alors connaître une colossale et belle mobilisation. De nombreux dons vont affluer auprès de l’association constituée à cette occasion, les partenaires privés vont s’impliquer en masse et épauler le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, co-propriétaire du site depuis 2000 avec le ministère de la Défense. En 2005, après 2 années d’études, les travaux de reconstruction débutent. Pour reconstruire le site à l’identique, il va falloir faire appel à des corps de métier spécialisés qui opèreront sous un gigantesque toit d’appoint, lui-même installé sur un échafaudage. Au total, plus de 100 millions d’euros seront injectés dans ces travaux qui devraient au total durer jusqu’en 2016. L’Etat prendra en charge 60 % du montant, les collectivités territoriales 40 %.

luneville*

luneville1

Chapelle restaurée

luneville2

Extérieur de la chapelle

luneville3

Salle de la livrée

luneville4

Chapelle

luneville5

Escalier d’honneur sud

luneville6

Salles voûtées du sous-sol

luneville7

Salles voûtées du sous-sol

luneville8

Sculpture équestre d’Antoine Charles Louis de Lasalle

luneville9

                                         Diane

luneville10

Flore

luneville11

La Nuit

luneville12

André Joly, Le château de Lunéville, vue du Rocher, vers 1760 

 

 

1234
 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake