Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

LE POST-IT 6 avril, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 3:57

LE POST-IT dans INVENTIONS postit

 Au tout début des années 1970, Spencer Silver travaillait dans les laboratoires de recherche de la société 3M. Par hasard, il mit au point un type de colle aux propriétés particulières : elle n’adhérait que très peu et ne laissait aucun résidu. Personne ne sut quoi faire de cette colle, mais Silver décida de la garder dans un coin et d’en parler autour de lui, au cas où quelqu’un lui trouverait une application. Quelques années plus tard, en 1974, un collègue de Silver, Arthur Fry, était embêté avec son livre de chant à l’église. En effet, le marque-page qu’il utilisait n’arrêtait pas de tomber. Il pensa donc à la colle inutile mise au point par son collègue, en appliqua sur un morceau de papier et s’en servit comme marque-page, qu’il pouvait enlever et déplacer à souhait sans abîmer son livre de cantiques. Rapidement, Fry se rendit compte que son invention pouvait avoir des applications bien plus diverses que celle de simples marque-page : c’était bel et bien un nouveau moyen de communication ! La société 3M déposa la marque « Post-It » et la commercialisa dès la fin des années 1970. C’est aujourd’hui l’un des équipements de bureau les plus utilisés au monde.

 

 

LA RADIO 5 avril, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:00

LA RADIO dans INVENTIONS radio

La radiophonie est une technique qui consiste à transmettre des informations sonores par le biais d’ondes. L’émission s’effectue en transformant un son en signal électrique, puis en ondes radios.

 L’existence de ces ondes radios fut prédite dans les années 1860 par James Maxwell, dans le cadre de sa théorie sur l’électromagnétisme. Une vingtaine d’années plus tard, le physicien allemand Heinrich Hertz démontrait que de rapides variations de courant pouvaient créer ces fameuses ondes radios, qui se diffusaient alors dans l’espace au même titre que la lumière.

 En 1893, Nikola Tesla, un ingénieur américain d’origine croate, fit la première démonstration publique d’une transmission radio. L’invention fut pendant longtemps attribuée à l’italien Guglielmo Marconi, qui envoya son premier signal en 1895. En 1943, cependant, la Cours Suprême des Etats-Unis décida que le brevet de l’inventeur italien était invalide car Tesla avait déjà déposé les éléments essentiels de la transmission par ondes radio.

La première transmission transatlantique eut lieu le 18 janvier 1903. Il s’agissait d’un message de salutation du Président Théodore Roosevelt, adressé au roi Edouard VII d’Angleterre.

 La première station de radio – KDKA, à Pittsburgh – commença à émettre dans les années 20.

 

 

LA SERRURERIE 1 avril, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 3:16

LA SERRURERIE dans INVENTIONS serrureri

Il est difficile de savoir précisément où et quand est apparue la serrurerie. La défense des biens personnels et de la propriété est en effet tellement ancienne que les hommes ont très certainement conçu très tôt des systèmes de sécurité. Il semble cependant que les premières clés perfectionnées furent mises au point par les EÉgyptiens vers 4000 av. JC. Elles étaient alors constituées de deux dents dont l’écartement devait correspondre à celui des chevilles du verrou. Par la suite, les Hébreux améliorèrent le système en ajoutant plusieurs chevilles de hauteurs différentes : les combinaisons devenaient alors beaucoup plus nombreuses et la sécurité s’en trouvait renforcée.

 

 

LE STYLO A PLUME 30 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:38

LE STYLO A PLUME dans INVENTIONS stylo

Les premières mentions d’un stylo à plume, c’est-à-dire fonctionnant avec un réservoir d’encre portable, remontent aux XXè siècle. Le premier brevet connu est déposé en 1702 par le français M. Bion. Aux Etats-Unis, c’est un fabriquant de chaussures du nom de Peregrin Williamson qui développe un système similaire, en 1809. Il existe donc, au XIXè siècle, des modèles de stylos à plume qui ne semblent cependant pas très fiables. En effet, en 1883, un courtier en assurance du nom de Lewis Waterman décide, pour signer avec style l’un de ses plus gros contrats, d’acheter un stylo à réservoir flambant neuf. Le jour de la signature, ledit stylo refuse de fonctionner et, pire, de l’encre éclabousse entièrement le document ! Waterman à tout juste le temps de chercher un nouveau contrat que son client a conclu un accord avec un concurrent. Décidé à ne plus jamais se faire humilier de la sorte, Waterman commence à réfléchir à un nouveau type de stylo à plume, auquel on pourrait se fier. Il exploite pour cela un phénomène physique très simple : en creusant un petit trou dans la plume, l’encre peut s’écouler d’une manière fluide à travers le tube. Il dépose son brevet en 1884 et commence à vendre son invention derrière une boutique de cigares. Ses stylos sont garantis cinq ans.

En 1919, le Traité de Versailles, l’un des plus importants traité du XXè siècle, est signé avec un stylo Waterman.

 

 

LE TAILLE CRAYON 29 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:18

LE TAILLE CRAYON dans INVENTIONS taille

 Le premier brevet pour un taille-crayon fut déposé en 1828 par un mathématicien français du nom de Bernard Lassimone. Auparavant, on utilisait tout simplement un couteau pour aiguiser les pointes.

 

 

LA MACHINE A COUDRE 28 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:40

LA MACHINE A COUDRE dans INVENTIONS mcoudre

Au début du XVIIIè siècle, plusieurs inventeurs tentent sans succès de fabriquer une machine à coudre. En 1825, un tailleur français, Barthélémy Thimonnier, réfléchit à la couture mécanique. Il décide de ne pas imiter la couture à la main mais plutôt de trouver un point qui soit facilement réalisable par une machine. Son invention est mise au point en 1830. En 1831, il ouvre un atelier de quatre-vingts machines à Paris. Malheureusement, le climat social est instable : les ouvriers ont peur de perdre leur emploi à cause de l’arrivée des machines. Des tailleurs Parisiens s’introduisent dans l’atelier de Thimonnier et brisent ses machines. La machine à coudre se développe ensuite aux Etats-Unis. Walter Hunt perfectionne le système mais n’a pas les moyens financiers de développer son invention. Elias Howe réinvente la technique de Hunt en 1845, mais il ne parvient pas à vendre sa machine aux Etats-Unis. Parallèlement, Isaac Merrit Singer met au point une autre machine qui reprend des éléments de la machine de Thimonnier, de Hunt et de Howe. Howe, se rendant compte que son invention a été en partie utilisée, intente un procès à Singer, qui refuse de lui payer des royalties. Ce long procès, largement relayé par la presse, fait connaître la machine à coudre au public Américain. Singer perd finalement et se voit obligé de payer des royalties sur chaque machine qu’il vend, et ce jusqu’en 1967, date d’expiration du brevet d’Elias Howe.

Grâce à la machine à coudre, des millions de ménagères peuvent travailler à domicile. Dans les ateliers de fabrication, le travail est plus rapide et le coût de production diminue. La machine à coudre a permis le développement de l’industrie du prêt-à-porter.

 

 

LE SHAMPOING 26 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:40

LE SHAMPOING dans INVENTIONS shampoing

Le nom shampoing est tiré du mot anglais «shampoo» qui signifie «masser». Lui-même trouve son origine étymologique en Inde et plus précisément du mot Sanskrit qui désigne les fleurs de la plante Michelia champaca utilisées généralement comme huiles odorantes pour les cheveux.
 Sake Dean Mahomed ouvre en 1759, à Brighton, célèbre station thermale anglaise, un bain shampooinant où les clients se détendent dans des bains trucs tout en se faisant masser le cuir chevelu avec du champi, du shampoing. Les rois George IV puis Guillaume IV le firent chevalier Shampooineur, tout un programme !

Les coiffeurs anglais faisaient bouillir des paillettes de savon dans de l’eau où infusaient des plantes. Cela donnait brillance et force aux cheveux. Le premier a industrialisé le shampoing est Kasey Hebert ; il le vendait directement dans la rue.
 Les shampoings étaient à la base constitués de savon noir et de cristaux de soude. Ces deux composés contiennent des tensioactifs. Ils possèdent des molécules amphiphiles, à savoir qu’elles aiment l’eau. Elles capturent la saleté d’un côté puis des molécules d’eau de l’autre, ce qui permet son élimination lors du rinçage. Les cheveux sont ainsi nettoyés.
 Depuis les cosmétiques ont développé des shampoings divers et variés adaptés à tous types de cheveux et à toutes les couleurs.

 

 

LE LAVE-VAISSELLE 25 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 6:04

LE LAVE-VAISSELLE dans INVENTIONS lavevaisselle

Le lave-vaisselle fut inventé en 1886 par l’Américaine Josephine Cochran. Un jour, alors qu’elle était âgée de 44 ans, elle remarqua à quel point le service de table chinois qu’elle possédait était en mauvais état. Il était dans sa famille depuis plus de deux siècles et ses servantes n’en prenaient pas soin. Elle décida alors de laver sa vaisselle elle-même, ce qui lui donna l’idée d’une machine capable de laver les assiettes grâce à un jet d’eau à forte pression. Son invention ne marcha pas auprès du grand public mais rencontra un certain succès auprès des hôtels et des restaurants. Le lave-vaisselle grand public, lui, ne fit son apparition que dans les années 1950.

 

 

LE LIVRE 24 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 6:24

LE LIVRE dans INVENTIONS livres

Si l’on considère un livre comme un support permettant la transmission et la transportabilité d’écrits, alors les premiers livres apparurent au moins au IIIè millénaire av. JC en Mésopotamie, sous forme de tablettes d’argiles. Dans les différentes régions où elles se développèrent, celles-ci pouvaient être constituées de matériaux différents : bois, bambou, soie, bronze, etc. Après la tablette vint le volumen, rouleau composé de feuilles de papyrus collées les unes aux autres. Les plus grands textes pouvaient atteindre des tailles de 30 à 40 mètres. L’invention du codex, un livre en forme de parallélépipède composé de feuilles rectangulaires empilées les unes sur les autres, constitua une véritable révolution. Les dates d’apparition de ce type de support restent controversées, mais il semble qu’il apparut aux alentours du Ier siècle au sein de la communauté chrétienne. Son utilisation fut plus largement répandue à partir du IVè siècle. Avec le codex, il devint possible de prendre des notes (auparavant, les deux mains servaient à maintenir le rouleau ouvert), de poser des repères (des pages ou des chapitres, par exemple), d’effectuer des renvois, etc. Cette révolution dans la structure du texte fut la première étape vers le développement des outils de recherche.

 

 

LES LUNETTES 23 mars, 2013

Classé dans : INVENTIONS — jcn54 @ 4:59

LES LUNETTES dans INVENTIONS lunettes

L’invention des lunettes a bénéficié de recherches faites depuis l’antiquité. Tout d’abord, son principe est fondé sur les lois optique. Pendant l’antiquité, certains connaissaient déjà certaines pierres qui « facilitaient la lecture », à l’instar de l’empereur Néron qui aurait observé des combats de gladiateurs à travers une émeraude. C’est en 1267 que Roger Bacon, inspiré par les travaux du savant arabe Alhazen datant du Xe siècle, prouvera que l’on peut agrandir de petits caractères à travers du verre poli de manière particulière. Certains historiens lui accordent la paternité des lunettes : intégration de deux verres dans des cercles de bois reliés par un clou. D’autres sources disent que l’inventeur est plus difficile à connaître. On sait toutefois que les premières lunettes ont fait leur apparition en Italie. La verrerie de Venise, Murano, sera une des plus appréciée vers 1300: la presbitie et la myopie sont les deux seuls défauts de l’oeil alors corrigeables.

 Au début du XVIIIe siècle apparaissent les premières « montures », branches maintenues par une pression sur les tempes. Ce n’est qu’en 1796 qu’un maître cloutier français, Pierre Hyacinthe Caseaux, aura l’idée de mettre un fil de fer encerclant les deux verres et passant derrière les oreilles. Le succès se fera grandissant en Europe d’abord, et ensuite dans le monde. Il faudra attendre le XIXe siècle pour que les autres corrections puissent être prises en compte, notamment grâce aux avancées faites dans la dioptrique.

 

12345...7
 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake