Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

CA S’EST PASSE UN 17 AOUT 17 août, 2012

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 3:26

CA S'EST PASSE UN 17 AOUT dans JOUR ANNIVERSAIRE vauxlevicomte

Une fête trop somptueuse, c’est en 1661.

Le soir du mercredi 17 août 1661, Nicolas Fouquet (46 ans) étale sa munificence à l’occasion d’une fête somptueuse organisée par son talentueux  maître d’hôtel François Vatel. Le puissant surintendant général des Finances a invité le roi et la Cour en son château de Vaux, au sud-est de Paris (aujourd’hui Vaux-le-Vicomte).

Le roi blessé dans son orgueil

Le jeune Louis XIV (23 ans) arrive à six heures du soir en compagnie de sa mère, la reine Anne d’Autriche, et de quelque six cents courtisans. La reine Marie-Thérèse, enceinte, n’a pu se joindre à la fête mais le roi se console avec sa jeune maîtresse, la douce Mademoiselle de La Vallière. Parmi les autres absents de marque, on peut noter le ministre Colbert, soucieux de se démarquer de son ennemi intime, Fouquet.

Le roi a l’humeur maussade. Depuis la mort de Mazarin, quelques mois plus tôt, il a pris le parti de diriger en personne le gouvernement et attend de tous ses ministres et conseillers qu’ils lui soient loyaux. Ce n’est pas précisément le cas de Fouquet, qui abuse de sa position d’héritier présomptif de Mazarin et continue de s’enrichir en cachette du souverain. L’invitation à Vaux apparaît dans ce contexte d’une extrême maladresse…

Une nuit féerique

Le décorateur du surintendant, Le Brun, fait les honneurs du château. Il montre les allégories, écureuils et soleil, qui désignent le surintendant lui-même, que tout le monde ici appelle «Monseigneur». Le roi apprécie modérément cet étalage de vanité !

Ensuite, les invités sont répartis dans différentes pièces du château pour consommer un ambigu. Le terme désigne un buffet sur lequel sont présentés simultanément tous les plats, du salé au sucré. Toute la cour est servie dans de très luxueux couverts en vermeil (un luxe inaccessible au roi lui-même !).

Après la collation, les «deux Baptiste» Molière et Lully donnent dans les jardins une comédie-ballet, la première du genre, Les Fâcheux. Pendant les intermèdes, des elfes sortent de derrière les ifs et servent gâteries et diamants aux dames.En retournant vers le château, le roi et la cour sont éblouis par un feu d’artifice au-dessus de l’édifice. Selon une source incertaine, une loterie aurait eu lieu ensuite avec distribution de diamants et d’armes.

D’après les compte-rendus du temps, pas forcément objectifs, le roi et la Cour seraient repartis comblés, à deux heures du matin, «la bonne chère ayant été accompagnée du divertissement d’un fort agréable ballet, de la comédie et d’une infinité de feux d’artifice dans les jardins de cette belle et charmante maison, de manière que ce superbe régal se trouva assorti de tout ce qui peut se souhaiter dans les plus délicieux,… » (La Gazette).

Quant à Jean de La Fontaine, il rapporte à son ami M. de Maucroix, dans une lettre du 22 août : «Tout combattit à Vaux pour le plaisir du roi, La musique, les eaux, les lustres, les étoiles.»

Pourtant, le sort ultérieur de Nicolas Fouquet accrédite l’idée que le roi s’est senti humilié et aurait même regagné son château de Fontainebleau sans attendre la fin de la fête. L’historien François Bluche indique qu’il aurait songé à faire arrêter sur le champ le surintendant mais en aurait été dissuadé par sa mère Anne d’Autriche, qui ne voulait pas enfreindre les règles de l’hospitalité. Où que soit la vérité, il est vraisemblable que cet étalage de luxe a renforcé la détermination de Louis XIV d’abattre son trop puissant surintendant.

 

 

LE CHATEAU DE LA ROCHE JAGU (22) 26 juillet, 2012

Classé dans : CHATEAUX,LA BRETAGNE — jcn54 @ 7:17

Au cœur du Trégor, en Bretagne, dans le département des Côtes d’Armor, protégeant un méandre de l’estuaire du Trieux, le domaine départemental de la Roche Jagu demeure une étape incontournable en Bretagne.

Dans la campagne trégorroise, à proximité de la ville de Pontrieux, le château du XVe siècle, protégé au titre des monuments historiques et son parc d’inspiration médiévale, reconnu « jardin remarquable » depuis 2005, constituent les ingrédients d’une surprenante recette. Nature, patrimoine et création paysagère s’associent ici harmonieusement pour offrir aux visiteurs un lieu de découverte original.

Protégeant l’estuaire du Trieux, le château de la Roche Jagu est le dernier témoin d’un système défensif bâti entre Pontrieux et l’archipel de Bréhat. A défaut de documentation historique, la tradition rapporte qu’un dénommé Jagu fit construire une forteresse dominant la vallée du Trieux vers la fin du XIe siècle. Probablement détruite au cours de la
guerre de Succession de Bretagne (1341-1365), cette forteresse fut remplacée au début du XVe siècle par un grand logis fortifié.

Le château fut reconstruit à partir de 1405 pour noble dame Catherine de Troguindy, propriétaire du lieu, après autorisation du duc de Bretagne Jean V (1389 – 1442), « à la charge que le duc y auroit tousjours son entrée libre sans empeschement de ladite Catherine ». Elevée au rang de baronnie par le duc de Bretagne François II en 1487, la terre de la Roche Jagu passa aux mains de plusieurs familles sous l’Ancien Régime.

LE CHATEAU DE LA ROCHE JAGU (22) dans CHATEAUX BINIC-2-223

BINIC-2-216 dans LA BRETAGNE

BINIC-2-221

BINIC-2-222

BINIC-2-225

BINIC-2-228

BINIC-2-229

BINIC-2-231

BINIC-2-232

BINIC-2-233

BINIC-2-235

BINIC-2-238

BINIC-2-239

BINIC-2-240

BINIC-2-241

BINIC-2-245

BINIC-2-251

BINIC-2-252

BINIC-2-254

BINIC-2-255

BINIC-2-2471

BINIC-2-247


 

 

LES FRAMBOISES ROUGES 9 avril, 2012

Classé dans : LE SAVIEZ-VOUS ? — jcn54 @ 19:46

LES FRAMBOISES ROUGES dans LE SAVIEZ-VOUS ? framboises

Découvertes en Turquie, sur le Mont Ida, les premières framboises rouges présentes dans les jardins familiaux depuis la Renaissance, ne furent vraiment cultivées qu’à partir des années 1850, lorsqu’elles furent considérées comme de véritables fruits de table.

 

 

CA S’EST PASSE UN 22 MARS 22 mars, 2012

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:51

Première séance de cinéma, c’est en 1895.

Le 22 mars 1895, à Paris, Louis et Auguste Lumière donnent une première séance de cinéma devant la Société d’encouragement à l’industrie nationale…

Des siècles de tâtonnements

L’idée du cinéma n’est pas sortie du néant. Sous le nom de «lanterne magique», elle excite les imaginations depuis la Renaissance. Léonard de Vinci, semble-t-il, s’y intéresse.

En 1829, le Belge Joseph Plateau montre que la rétine de l’oeil garde pendant un dixième de seconde le souvenir d’une image. Il en conclut qu’on peut reproduire l’impression du mouvement en faisant se succéder au moins d’une dizaine d’images à la seconde.

Ce principe, à la base du dessin animé et du cinéma lui-même, va d’emblée inspirer différents appareils à but ludique, comme le stroboscope ou le kinétoscope. Le Français Émile Reynaud invente en 1877 le praxinoscope (des images sur un cylindre) et en 1889 présente au musée Grévin, à Paris, le «théâtre optique», l’ancêtre du dessin animé !

Edison, précurseur ou véritable inventeur du cinéma ?

De l’autre côté de l’Atlantique, l’insatiable inventeur Thomas Edison brevète dès 1891 un appareil à usage individuel pour le visionnage d’images animées (inadapté donc à des séances publiques), le kinétoscope. Le 9 mai 1893, il fait une démonstration de son appareil devant 200 invités du Brooklyn Institute of Arts and Science (New York).

Edison brevète aussi une caméra de prises de vues – le Kinetograph – avec un film perforé de 35 mm qui s’imposera à l’industrie du cinéma comme le format de référence. Il est toujours en usage. Le kinétoscope, quant à lui, passera à la trappe.

Le 23 avril 1896, quatre mois après la première séance publique des frères Lumière, l’inventeur américain Thomas Edison donne une première représentation de cinéma aux États-Unis avec le projecteur Vitascope au Music-hall Koster and Bial’s de New York. Il tourne ses films dans le studio giratoire (pour suivre le soleil) Black Maria de son laboratoire de West Orange. Ce studio de cinéma, le premier au monde, ne sera plus utilisé à partir de 1901. Sa démolition en 1903 laissera le champ libre à Georges Méliès, héritier des frères Lumière.

Des inventeurs sceptiques

Les frères Lumière sont les fils d’un fabricant franc-comtois de matériel photographique. Ils ont déjà à leur actif une importante contribution à la photographie avec un brevet sur la couleur quand, faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherches, ils déposent le 13 février 1895 le brevet du cinématographe (en abrégé, cinéma, du grec kinéma, mouvement).

Leur invention restitue l’impression de mouvement à partir d’un film perforé que fait défiler un opérateur à la vitesse de dix-huit images par seconde (aujourd’hui, les films se déroulent à 24 images/seconde ; cette différence explique le caractère saccadé des films Lumière lorsqu’ils se déroulent sur des appareils de projection modernes).

Les frères Lumière voient dans le cinéma une curiosité scientifique, sans plus, et vont l’exploiter comme une attraction de foire. C’est ainsi que le mois suivant, Louis Lumière réalise le premier film de comédie de l’Histoire : L’arroseur arrosé, qui met en scène son jardinier, M. Clerc, et un jeune apprenti, Duval.

«Un art est né sous nos yeux», écrira le critique Georges Sadoul en parlant de cette aventure (le septième !). Mais c’est à un magicien, Georges Méliès, que reviendra l’honneur d’en révéler les potentialités quelques mois plus tard…

CA S'EST PASSE UN 22 MARS dans JOUR ANNIVERSAIRE frereslumiere

 

 

NE JETEZ PLUS LES SACHETS DE THE ! 12 mars, 2012

Classé dans : BIEN ETRE — jcn54 @ 8:33

L’heure est à la récup, comme chacun sait. Alors ne jetez plus vos sachets de thé.

NE JETEZ PLUS LES SACHETS DE THE ! dans BIEN ETRE sachetsthe

 
 

Si vous avez un jardin, éparpillez le thé dans les plates-bandes.

Si vous avez des pots sur un balcon ou une terrasse, mettez-le thé dans la terre ou des sachets par-dessus les petits cailloux indispensables au fond pour un bon drainage.

Si vous avez un compost, les sachets de thé y vont.

Si vous n’avez rien de tout cela, utilisez-les dans l’eau du bain.

Si vous ne prenez pas de bains mais uniquement des douches et que vous vous réveillez avec les yeux gonflés, appliquez un sachet de thé (froid) sur chacune de vos paupières.

Si vous avez toujours une mine superbe au réveil et après votre douche dans votre appartement sans balcon, ni terrasse, laissez-les sécher et mettez-les dans vos placards : ils les parfumeront discrètement.

 

(Source : e-santé)

 

 

CA S’EST PASSE UN 12 MARS

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 8:28

Naissance de André Le Nôtre, c’est en 1613.

  12 mars 1613 à Paris – 15 septembre 1700 à Paris

Fils et petit-fils d’un jardinier des Tuileries, André Le Nôtre suit des cours d’art dans l’atelier du peintre Simon Vouet avant de prendre la succession de la charge paternelle. Dans la lettre d’accréditation du 26 janvier 1637 signée de Louis XIII, le roi lui donne du «cher et bien-aimé», preuve que le jeune homme connaît déjà les manières de la Cour.

Comme beaucoup d’hommes de talent du Grand Siècle, c’est au service du surintendant Fouquet que Le Nôtre va révéler son art. Sa grande oeuvre est le jardin de Vaux-le-Vicomte, entre Melun et Fontainebleau. À la fin des années 1650, il crée ainsi en pleine forêt un surprenant agencement de parterres et de fontaines, tirant parti des courbures du relief et des filets d’eau pour animer le site.

Après la chute du surintendant, Le Nôtre entre au service de Louis XIV et transpose ses inventions à Versailles, Marly et Chantilly. Si l’on en croit son biographe Erik Orsenna, ce créateur hors normes et fantaisiste se révèle dans la vie privée avide de richesses, dur en affaires, conformiste en amour. Rien d’euphorisant…

Le jardinier du Roi-Soleil ne se souciera jamais d’exposer ses principes. C’est Antoine-Joseph Dézalliers d’Argenville, né en 1680, qui s’en chargera, théorisant le fameux «jardin à la française» dans différents traités aux titres savoureux. Ce jardin aux formes classiques a vocation à humaniser les parcs des châteaux installés au coeur des forêts. On l’opposera aux XVIIIe et XIXe siècles au «jardin à l’anglaise», destiné quant à lui à réintroduire un semblant de nature dans les villes victimes de la pollution industrielle.

CA S'EST PASSE UN 12 MARS dans JOUR ANNIVERSAIRE lenotre

 

 

 

JARDIN MAJORELLE A MARRAKECH (MAROC) 11 février, 2012

Classé dans : VOYAGES — jcn54 @ 4:03
  Jacques Majorelle naît en 1886 à Nancy (France). En 1919 il s’installe à Marrakech pour poursuivre sa carrière d’artiste peintre, où il acquiert un terrain qui allait devenir le jardin Majorelle. Dès 1947 il ouvre les portes de son jardin au public. A la suite d’un accident de voiture, il rentre en France, où il meurt en 1962. En 1980 Pierre Bergé et Yves Saint Laurent rachètent le jardin et le  restaurent. Au cœur du tumulte de la vie urbaine de Marrakech, le jardin Majorelle offre sa fraîcheur et sa tranquillité aux visiteurs.
 
 
JARDIN MAJORELLE A MARRAKECH (MAROC) dans VOYAGES Majorelle
 
majorelle1 dans VOYAGES
 
majorelle2

img213

img214

 

 

CA S’EST PASSE UN 29 JANVIER 29 janvier, 2012

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 7:48

Fondation de l’Académie française, c’est en 1635.

Le 29 janvier 1635, le cardinal de Richelieu signe les lettres patentes qui fondent l’Académie française.

Le nom de la nouvelle institution vient du jardin Akademos, à Athènes, où Platon enseignait la philosophie. Sous la Renaissance, on avait pris l’habitude d’appeler ainsi les sociétés savantes où l’on discutait de belles lettres et de sciences. C’est ainsi que Laurent de Médicis avait formé à Florence un aréopage d’artistes et de savants à l’imitation des cercles de philosophes antiques. La première académie des temps modernes, dite «Accademia del Disegno», fut fondée à Florence par le peintre Vasari en 1561, et allait servir de modèle à l’Académie royale de peinture et sculpture (Paris).

CA S'EST PASSE UN 29 JANVIER dans JOUR ANNIVERSAIRE academiefrancaise

 

 

UN AMI DES JARDINS 21 janvier, 2012

Classé dans : LE SAVIEZ-VOUS ? — jcn54 @ 8:26

UN AMI DES JARDINS dans LE SAVIEZ-VOUS ? herisson3

Le hérisson est un omnivore qui mange des insectes, des mollusques, des rongeurs et s’il peut en trouver, des oeufs.

C’est aussi un ennemi des reptiles et plus particulièrement des vipères dont il ne craint pas le venin et qu’il transperce en roulant en boule sur elles. Après deux mois de gestation, la femelle met bas de deux à sept petits qui naissent aveugles et dont les piquants sont mous.

Le hérisson passe l’hiver endormi comme la marmotte.

Sans se laisser domestiquer, il devient familier. Il a le tort, quand il traverse une route, de s’engager sans regarder ni à droite, ni à gauche et sans tenir compte des automobiles.

On dit d’ailleurs pour plaisanter à propos de quelqu’un qui ne fait pas trop attention aux dangers qui l’entourent qu’il a demandé un hérisson de l’aider à traverser l’autoroute !

 

 

JARDIN BOTANIQUE DU MONTET A VILLERS-LES-NANCY (54) [1] 30 octobre, 2011

Classé dans : FLEURS,RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 5:49

Avec plus de 12 000 espèces en culture, le Jardin Botanique du Montet est un véritable musée des plantes qui témoigne de l’extraordinaire richesse du monde végétal.
Initié à partir de 1975 au sud-ouest de l’agglomération nancéienne, il est devenu un des plus importants équipements botaniques français.

Été comme hiver, les 2 500 m2 de serres tropicales vous garantissent un dépaysement permanent.

Plantes des forêts tropicales humides ou des déserts américains et africains, nénuphars géants ou primevères délicates, plantes, cailloux ou lilas parfumés, iris multicolores ou orchidées bariolées vous dévoileront leurs plus beaux atours.

jardinbotaniquedumontet001.jpg

jardinbotaniquedumontet002.jpg

jardinbotaniquedumontet003.jpg

jardinbotaniquedumontet004.jpg

jardinbotaniquedumontet006.jpg

jardinbotaniquedumontet007.jpg

jardinbotaniquedumontet008.jpg

jardinbotaniquedumontet009.jpg

jardinbotaniquedumontet012.jpg

jardinbotaniquedumontet014.jpg

jardinbotaniquedumontet016.jpg

jardinbotaniquedumontet018.jpg

 

1...34567...9
 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake