Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Recherche : pétain 1936

CA S’EST PASSE UN 10 JUILLET 10 juillet, 2014

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:30

 

petain2

Pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, c’est en 1940.

Le 10 juillet, dans le casino de la ville d’eaux de Vichy, la Chambre élue en 1936 sous les couleurs du Front Populaire vote les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain. 80 députés sur 649 s’y opposent. C’est la fin de la IIIe République et le début de ce qu’on appelle le « régime de Vichy ».

Pierre Laval, vice-président du Conseil, s’est chargé de lire devant les députés la lettre du maréchal demandant les pleins pouvoirs en vue de préparer une nouvelle Constitution. Pétain lui-même a veillé à ne pas se présenter devant « ces gens-là » qu’il méprise. Sitôt le vote acquis, la Chambre est dissoute et le nouveau chef de l’État, outrepassant la mission qui lui a été confiée, s’arroge les pleins pouvoirs. Il entame à 84 ans une carrière de dictateur.

Le Maréchal fait très vite l’objet d’un véritable culte de la personnalité. Beaucoup de sommités se retrouvent aux côtés du vainqueur de Verdun avec l’espoir de régénérer le pays grâce à une « Révolution nationale ».

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : pétain 1936

CA S’EST PASSE UN 9 SEPTEMBRE 9 septembre, 2013

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 4:59

CA S'EST PASSE UN 9 SEPTEMBRE dans JOUR ANNIVERSAIRE blum

Naissance de Léon Blum, c’est en 1872.

9 septembre 1872 à Paris – 30 mars 1950 à Jouy-en-Josas

Léon Blum, issu d’un9e riche famille israélite, entre à l’École normale supérieure mais choisit ensuite de s’orienter vers le droit. Il participe aux côtés de Jean Jaurès à la fondation de L’Humanité. Il fait scandale aussi avec un livre, Du mariage (1907), dans lequel il prône pour les femmes comme pour les hommes l’expérimentation sexuelle avant le mariage.

Brillant intellectuel, élu député de la Seine en 1919, Léon Blum prend la tête du parti socialiste (SFIO) après le congrès de Tours (1920). En 1936, il amène le Front populaire à la victoire aux élections législatives et devient président du Conseil. Il est contraint à la démission le 21 juin 1937.

Le 10 juillet 1940, il se range parmi les 80 députés qui refusent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il est interné par le régime de Vichy, jugé à Riom pour sa supposée responsabilité dans la défaite de 1940 et livré aux Allemands. À la Libération, il dirige brièvement le gouvernement, pendant un mois, avant l’entrée en fonctions du président Vincent Auriol.

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : pétain 1936

CA S’EST PASSE UN 1ER JUILLET 1 juillet, 2013

Classé dans : PROVERBES, DICTONS, CITATIONS — jcn54 @ 4:46

CA S'EST PASSE UN 1ER JUILLET dans PROVERBES, DICTONS, CITATIONS celine

Décès de Louis-Ferdinand Céline, c’est en 1961.

27 mai 1894 à Courbevoie – 1er juillet 1961 à Meudon

Louis-Ferdinand Céline, de son vrai nom Destouches, est l’un des plus grands auteurs français du XXe siècle (Voyage au bout de la nuit, Mort à crédit). Mais son expérience traumatique de la Grande Guerre et des tranchées l’a conduit à des outrances idéologiques qui ont altéré son génie.

Antisémite à en perdre la raison

Céline naît à Meudon dans la famille d’un employé d’assurances qui, pour se consoler de ses ratages professionnels, avait coutume de dire : «C’est la faute aux Juifs».

Plus tard, son fils verra dans cette recherche pathétique d’un bouc émissaire l’un des fondements de l’antisémitisme populaire.

Le futur écrivain connaît dans les horreurs des tranchées l’expérience qui orientera toute son existence. Après la Grande Guerre, devenu médecin, il erre en Afrique puis se rend aux États-Unis avant de s’établir en banlieue parisienne. Son premier roman et son chef d’oeuvre, Voyage au bout de la nuit (1932) est le condensé de ces expériences. Écrit dans un style flamboyant et radicalement nouveau, il lui vaut un commencement de gloire.

Céline rencontre moins de succès avec le livre suivant, Mort à crédit (1936). Et cet homme qui se présentait jusque là comme un médecin compatissant et un intellectuel pacifiste, anticolonialiste, sensible à la misère ouvrière (il plaide déjà pour les 35 heures hebdomadaires !) et bien entendu athée, révèle tout d’un coup, l’année suivante, une facette inattendue avec Bagatelles pour un massacre et L’école des cadavres  (1937).

On est alors à l’époque du Front populaire. À la tête du gouvernement figure le socialiste Léon Blum, d’ascendance juive. Une autre personnalité en vue est Georges Mandel, un autre juif, ancien collaborateur de Clemenceau. Hitler se fait de plus en plus menaçant. La guerre menace à nouveau.

Au nom d’un raisonnement délirant (pour se venger de Hitler qui est antisémite, les Juifs poussent les Anglo-Saxons à lui faire la guerre !), Céline le pacifiste développe dans son pamphlet des arguments antisémites d’une violence inouïe ; tellement inouïe que les intellectuels, à l’image d’André Gide, n’y voient que de sottes gamineries et haussent les épaules !

Il n’empêche que, de 1940 à 1944, pendant l’Occupation de la France par les Allemands, les formules à l’emporte-pièce de Céline sont récupérées par la propagande nazie et vychiste. Son éditeur Robert Denoël s’empresse de republier ses pamphlets antisémites dans le désir de faire du chiffre : Je le dis tout franc, comme je le pense, je préférerais douze Hitler plutôt qu’un Blum omnipotent (Bagatelles pour un massacre, 1937).

Céline lui-même se tient coi ou à peu près. Mais à la Libération, quelques jours après le Débarquement de Normandie, il juge plus sain de quitter la France pour le Danemark. Robert Denoël n’a pas cette chance. Il est abattu en plein Paris le 2 décembre 1945 pour des motifs inconnus (crime de rôdeur? justice expéditive?).

Un contretemps amène l’écrivain à séjourner quelques mois à Siegmarinen, dans le château d’opérette où se sont repliés Pétain, Laval et quelques autres acteurs de la Collaboration. En 1950, il est condamné par contumace à l’indignité nationale et privé de ses biens. Il est amnistié l’année suivante.

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : pétain 1936

CA S’EST PASSE UN 10 JUILLET 10 juillet, 2012

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:56

CA S'EST PASSE UN 10 JUILLET dans JOUR ANNIVERSAIRE petain

Pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, c’est en 1940.

Le 10 juillet, dans le casino de la ville d’eaux de Vichy, la Chambre élue en 1936 sous les couleurs du Front Populaire vote les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain. 80 députés sur 649 s’y opposent. C’est la fin de la IIIe République et le début de ce qu’on appelle le « régime de Vichy ».

Pierre Laval, vice-président du Conseil, s’est chargé de lire devant les députés la lettre du maréchal demandant les pleins pouvoirs en vue de préparer une nouvelle Constitution. Pétain lui-même a veillé à ne pas se présenter devant « ces gens-là » qu’il méprise. Sitôt le vote acquis, la Chambre est dissoute et le nouveau chef de l’État, outrepassant la mission qui lui a été confiée, s’arroge les pleins pouvoirs. Il entame à 84 ans une carrière de dictateur.

Le Maréchal fait très vite l’objet d’un véritable culte de la personnalité. Beaucoup de sommités se retrouvent aux côtés du vainqueur de Verdun avec l’espoir de régénérer le pays grâce à une « Révolution nationale ».

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : pétain 1936

A S’EST PASSE UN 3 JUILLET 3 juillet, 2012

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 6:06

A S'EST PASSE UN 3 JUILLET dans JOUR ANNIVERSAIRE attaque

Attaque de Mers el-Kébir, c’est en 1940.

Le 3 juillet 1940, la Royal Navy attaque la flotte française amarrée dans la base nord-africaine de Mers el-Kébir. Seuls contre les nazis après l’armistice franco-allemand, les Anglais craignent non sans raison que la flotte française ne soit réquisitionnée par les Allemands. Sous le nom de code Catapult, ils lancent une opération destinée à s’emparer de tous les navires français à leur portée ou de les neutraliser.

La brutalité de l’attaque de Mers el-Kébir (près de 1300 morts) réveille en France une anglophobie latente. C’est une aubaine pour les partisans d’une collaboration avec l’occupant. Quelques jours plus tard, l’Assemblée nationale issue des élections de 1936 et du Front populaire vote à une écrasante majorité les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

 

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake