Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

POLONNARUWA (SRI LANKA) 10 janvier, 2016

Classé dans : RENCONTRES AU HASARD DE NOS BALADES — jcn54 @ 8:20

Polonnâruvâ est l’un des sites du « triangle culturel » et l’une des anciennes capitales du Sri Lanka. Elle fut le siège du pouvoir des rois cinghalais du onzième au treizième siècle. Superbe site archéologique, bourré d’histoire,  On se projette à l’époque où tout était encore en fonctionnement. Superbes sculptures, une végétation qui agrémente le tout. Le plus beau est le site encore en parfait état où l’on retrouve de magnifiques statuts de Buddah dont l’une du Buddah allongé taillé dans un seul rocher

Les trois statues de Bouddha de Gal Vihara.

POLONNARUWA (SRI LANKA) dans VOYAGES img2121

Le Bouddha couché est un motif iconographique et statuaire important du Bouddhisme. Il représente le bouddha historique lors de sa dernière maladie, sur le point d’entrer dans le parinirvana. Allongé sur le flanc droit, il a la tête posée sur un coussin ou s’appuie sur son coude droit, soutenant sa tête de la main.

img2111 dans VOYAGES

Voici le grand Bouddha dans la très classique posture de méditation assise.

img2101

Le Bouddha debout.

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

CA S’EST PASSE UN 11 MARS 11 mars, 2013

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 4:34

CA S'EST PASSE UN 11 MARS dans JOUR ANNIVERSAIRE jb-

Dernière exécution politique en France, c’est en 1963.

À l’aube du 11 mars 1963, Jean Bastien-Thiry est passé par les armes au fort d’Ivry. Cette exécution politique est la dernière qu’ait connue la France à ce jour.

La victime est un polytechnicien de 35 ans originaire de Lunéville, marié et père de trois fillettes. Scientifique brillant et de stature internationale, il oeuvre à la Cité de l’Air, à Paris, avec le grade de lieutenant-colonel, quand sa conscience est bouleversée par le drame algérien.

Sentiment d’abandon

Le général Charles de Gaulle était revenu au pouvoir grâce au soulèvement de l’armée et des Français d’Algérie, le 13 mai 1958. Ces derniers craignaient à juste titre que le gouvernement de la IVe République ne négocie un retrait des trois départements algériens. Ils placèrent leurs espoirs dans le Général qui leur promit sans ambages de maintenir l’intégrité du territoire.

Mais une fois au pouvoir, Charles de Gaulle prit conscience de l’impossibilité de maintenir le statu quo en Algérie. Il se refusa d’autre part à octroyer aux musulmans d’Algérie tous les droits des citoyens français comme l’eussent souhaité l’ancien gouverneur Jacques Soustelle… ou des militaires comme Jean Bastien-Thiry. Restait l’alternative de l’indépendance. Il fallut près de quatre longues années pour que le président de la République pût convaincre ses partisans que l’indépendance de l’Algérie était inéluctable.

La déconfiture fut totale. Après la signature des accords d’Évian, les Pieds-noirs refluèrent en désordre vers la métropole et les vainqueurs du FLN assassinèrent dans des tortures affreuses plusieurs dizaines de milliers de harkis et autres musulmans francophiles, abandonnés par l’armée française et le gouvernement du général de Gaulle.

En métropole comme en Algérie, des extrémistes français reprirent à leur compte les méthodes du FLN algérien et multiplièrent les attentats aveugles contre les innocents sous l’emblème de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète).

Comme beaucoup de militaires de sa génération, Jean Bastien-Thiry ne comprit pas les revirements du général de Gaulle. Il les interpréta comme autant de trahisons à l’égard de la Nation, des Français d’Algérie et des musulmans fidèles à la France.

Refusant l’inéluctable, il se convainquit que le Général était un obstacle à la restauration de la grandeur de son pays. C’est ainsi que sous l’égide d’un mouvement clandestin, le Conseil National de la Résistance (CNR) de Georges Bidault, il organisa un attentat contre le cortège du Président.

L’attentat

Le 22 août 1962, le général de Gaulle, avec son épouse, se rend de l’Élysée à sa résidence de Colombey-les-deux-Églises. De l’Élysée même, un informateur jamais identifié prévient Bastien-Thiry du choix de l’itinéraire fixé au dernier moment par les services de sécurité parmi les trois possibles.

Au Petit-Clamart, dans la banlieue sud de Paris, la DS présidentielle est mitraillée par les six tireurs du commando de Bastien-Thiry. Les tireurs visent principalement les pneus afin d’arrêter la voiture. Mais les pneus résistent aux balles et le grand talent du chauffeur fait le reste.

L’un des tireurs, Georges Watin, dit «la boîteuse», lâche une rafale à la hauteur des têtes des passagers du véhicule. Les impacts de son fusil-mitrailleur – 8 au total – permettront au procureur général Gerthoffer de requérir pour tentative d’assassinat.

Le président et son épouse, assis à l’arrière du véhicule, sont sans doute sauvés par la réaction de leur gendre Alain de Boissieu qui, assis à l’avant, se retourne vers eux et ose ordonner : «Père, couchez-vous !»

Buisines et Bougrenet de La Tocnaye, constatant que la DS poursuit sa route, tentent de la rejoindre en fourgon. Le fourgon heurte le pare-chocs de la DS. Bougrenet ouvre la portière latérale et tend d’une main le fusil-mitrailleur à l’extérieur. Incident de tir ! La rafale ne part pas.

Les tireurs sont bientôt arrêtés. Jean Bastien-Thiry est arrêté à son retour d’une mission scientifique en Grande-Bretagne. Un tribunal d’exception, la Cour militaire de Justice, juge les prévenus.

Le procureur requiert la mort contre Bastien-Thiry, Bougrenet de La Tocnaye et Buisines. Prévost demande la parole et prie le jury de prendre la place de Buisines, affirmant sa responsabilité supérieure. Le tribunal militaire tient compte de cette précision en condamnant à la peine capitale Prévost au lieu de Buisines.

Prévost avait été en 1954 dans le dernier avion qui avait parachuté des soldats au-dessus de la cuvette de Dien Bien Phu. Prévost et les autres hommes de ce vol s’étaient portés volontaires pour rejoindre leurs camarades bien qu’ils fussent convaincus qu’ils ne sortiraient jamais vivants de cet enfer !

Le recours en cassation n’est pas permis aux condamnés. Leur vie repose entre les mains du chef de l’État. L’opinion publique est convaincue qu’il usera de son droit de grâce pour un attentat qui n’a pas entraîné mort d’homme. Le général de Gaulle grâcie effectivement les tireurs mais non leur chef. Jean Bastien-Thiry est fusillé huit jours à peine après le jugement.

Prévost poursuivra une vie d’errance à travers le monde, inguérissable de n’avoir pas accompagné son chef dans la mort. Watin mourra de maladie quelques années plus tard en Amérique latine. Bertin, le plus jeune, fera une très belle carrière dans la banque. Des trois tireurs hongrois, ne survit plus que Lajos Marton, qui fut en 1956 un jeune officier aux côtés de Pal Maleter, le chef de l’insurrection anti-communiste. Buisines a été renversé par un véhicule en plein Paris.

Charles de Gaulle exploita l’émotion causée par l’attentat du Petit-Clamart pour proposer l’élection du président de la République au suffrage universel, par l’ensemble du peuple français, et non plus par une assemblée de notables.

Le projet se heurta à une très forte opposition du Sénat et de la gauche qui craignaient la naissance d’un régime bonapartiste autoritaire. Il fut néanmoins approuvé par référendum le 28 octobre 1962 avec 62,25% de Oui. -

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

POLONNARUWA (SRI LANKA) 30 janvier, 2012

Classé dans : VOYAGES — jcn54 @ 8:18

Les trois statues de Bouddha de Gal Vihara.

POLONNARUWA (SRI LANKA) dans VOYAGES img2121

Le Bouddha couché est un motif iconographique et statuaire important du Bouddhisme. Il représente le bouddha historique lors de sa dernière maladie, sur le point d’entrer dans le parinirvana. Allongé sur le flanc droit, il a la tête posée sur un coussin ou s’appuie sur son coude droit, soutenant sa tête de la main.

img2111 dans VOYAGES

Voici le grand Bouddha dans la très classique posture de méditation assise.

img2101

Le Bouddha debout.

 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

CA S’EST PASSE UN 30 JANVIER

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 8:14

Tragédie à Mayerling, c’est en 1889.

Le 30 janvier 1889, au palais du Hofburg, à Vienne, l’impératrice Élisabeth, dite «Sissi», apprend que son fils Rodolphe s’est tué dans la nuit, dans un pavillon de chasse de la forêt viennoise, à Mayerling. Elle doit annoncer la tragique nouvelle à son mari, François-Joseph 1er (59 ans), empereur d’Autriche et roi de Hongrie.

Malheureux prince

L’archiduc Rodolphe (31 ans) était le seul garçon du couple et l’héritier de la couronne des Habsbourg.

Marié sans amour à une princesse fade et trop jeune, Stéphanie de Belgique, il collectionne les maîtresses et fréquente les lupanars, ce qui lui vaut de contracter une maladie vénérienne grave.

Tenu à l’écart des affaires par son père, Rodolphe se pique de libéralisme.

Ses prises de position lui valent de violentes disputes avec son père. Celui-ci ne l’en aime pas moins mais souhaite maintenir son pays dans l’alliance avec l’Allemagne de Guillaume II.

Prématurément vieilli par la maladie, l’interdiction qui lui est faite de divorcer et la crainte de ne pouvoir avoir de fils, Rodolphe songe au suicide.

Craignant de ne pas y arriver seul, il convainc une jeune maîtresse de 17 ans, Mary Vetsera, de l’accompagner dans la mort. Il la tue lui-même d’un coup de pistolet avant de se tirer une balle dans la tête.

François-Joseph obtient du pape Léon XIII que son fils soit inhumé chrétiennement dans la crypte impériale des Capucins, et non à l’écart comme l’église catholique l’impose à tous les suicidés.

L’empereur fait aussi l’impossible pour cacher la présence de Mary Vetsera aux côtés de son fils afin de préserver la réputation de celui-ci. Cette dissimulation va longtemps alimenter des rumeurs fantasques sur l’hypothèse d’un double meurtre pour des raisons politiques.

  Deuils en série

La mort de Rodolphe aggrave l’état psychique de sa mère, Sissi.

L’impératrice est-elle portée à croire que son instabilité et le suicide de son fils résultent d’un mal propre à sa famille, les Wittelsbach de Bavière.

Suite à la mort de Rodolphe, c’est désormais à l’archiduc François-Ferdinand, neveu de l’empereur, qu’il revient d’assumer l’héritage des Habsbourg. Il ne deviendra jamais empereur. Un terroriste brisera sa vie à Sarajevo en 1914…

La tragédie de Mayerling, affaire privée d’une famille durement éprouvée par le sort, s’inscrit dans la marche de l’Europe vers les horreurs de 1914-1945.

CA S'EST PASSE UN 30 JANVIER dans JOUR ANNIVERSAIRE archiducrodolphe

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

J’AI TOUJOURS FROID… 17 décembre, 2011

Classé dans : BIEN ETRE — jcn54 @ 7:48

aux mains, aux pieds, au nez…c’est le syndrôme de Raynaud ?

froid.jpg

Dès qu’il fait froid, vos doigts et vos orteils s’engourdissent et deviennent tout blancs ? Il s’agit certainement de la maladie de Raynaud. Le diagnostic de ce syndrome bénin nécessite au préalable d’éliminer les autres causes.

Syndrome de Raynaud : éliminer les autres causes possibles

 

Exposés au froid et à l’humidité, les doigts et les orteils des personnes atteintes de la maladie de Raynaud deviennent rapidement blancs, engourdis, avec une sensation de brûlure, parfois des douleurs. Ces symptômes sont dus à un trouble de la circulation du sang au niveau des extrémités, sorte de spasme artériel intense et excessif en réponse au froid.
Ce syndrome est fréquent : 5% de la population générale en est affectée, mais il s’agit majoritairement de femmes (neuf cas sur dix se manifestent chez des femmes). Souvent, le diagnostic est porté vers 25 ans après une évolution de quelques années. On retrouve fréquemment des antécédents familiaux.

C’est ainsi que la description des symptômes suffit généralement à identifier une maladie de Raynaud. Pourtant, le médecin doit au préalable écarter d’autres causes possibles. En effet, certaines maladies ou troubles, voire la prise de certains médicaments (anti-migraineux, bêtabloquants) peuvent aussi modifier la vascularisation des extrémités. L’examen clinique, quelques manipulations des artères, un bilan immunologique, un écho-doppler, sont parfois proposés pour écarter certaines hypothèses. C’est par défaut que le diagnostic du syndrome de Raynaud est confirmé.

 

 

Le syndrome de Raynaud est une maladie bénigne

 

Que les personnes touchées par un syndrome de Raynaud se rassurent, cette maladie est bénigne. Par ailleurs, si les symptômes culminent chez les femmes jeunes, il faut savoir que les crises diminuent avec l’avancée en âge, pour souvent disparaître à la ménopause.
En attendant, toutes les stratégies visant à protéger vos extrémités sont à mettre en pratique. C’est d’ailleurs la base du traitement : se couvrir chaudement de la tête aux pieds lorsque l’on doit s’exposer au froid.

 

Conseils pratiques

 

Superposer les couches de vêtements est plus efficace qu’une seule couche pour préserver la chaleur. Notamment pour les mains, portez des gants de soie recouverts de gants en polaire.
Préférez les chaussures doublées en cuir et proscrivez les baskets source d’humidité.
Portez des chaussettes chaudes.
Couvrez votre cou et aussi votre tête pour limiter la déperdition de chaleur.
Mettez vos gants avant même de sortir et évitez au préalable de toucher des objets froids.
Utilisez des chaufferettes pour les mains et les pieds, en vente dans les magasins d’articles de sport.
Ayez toujours une paire de gants avec vous afin d’éviter les chocs thermiques des endroits climatisés et des rayons frais des grandes surfaces alimentaires.
Evitez le café (effet vasoconstricteur).
Evitez également les médicaments contre le rhume.
Et surtout, ne fumez pas.

Si ces mesures sont insuffisantes, votre médecin peut vous proposer un médicament de la classe des inhibiteurs calciques afin de diminuer la fréquence des crises. Mais la protection des extrémités contre le froid restera indispensable.

(Source : e-santé)

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

LE MASSAGE THAILANDAIS 4 juillet, 2011

Classé dans : BIEN ETRE — jcn54 @ 9:16

Contrairement aux idées reçues, le massage thaïlandais n’a rien de sexuel ! Comme tous les massages asiatiques, il travaille sur les énergies et se veut curatif, mais surtout préventif : selon la tradition chinoise, la maladie est due à un déséquilibre de nos énergies vitales (le Qi). Mais en Occident, ce sont surtout ses vertus bienfaisantes et apaisantes qui sont recherchées.

Ses bienfaits

il soulage les articulations endolories. Grâce à des séries de pressions et d’étirements sur tous les points de jonction du corps, le massage thaïlandais permet de débloquer les articulations et d’apaiser d’éventuelles douleurs dorsales. Il relance aussi la circulation sanguine et aurait un effet positif sur les maux de tête.

En pratique

si vous vous attendez à un moment de douceur en guise de séance de relaxation, oubliez le massage thaïlandais ! Il s’agit en effet d’un massage tonique et pratiqué à sec, qui utilise en alternance pressions, étirements et pétrissages vigoureux de la peau, des muscles, des articulations.

Le masseur a souvent recours à ses coudes ou encore ses genoux, et n’hésite pas non plus à tester votre souplesse pour mieux étirer le corps et en libérer les tensions. On en ressort souvent avec la sensation d’être passé sous un rouleau compresseur, mais après une bonne nuit de sommeil on est de nouveau d’attaque !

massage4.jpg


 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

MAUX DE TETE 28 février, 2011

Classé dans : BIEN ETRE — jcn54 @ 10:12

Symptômes
Un tiers de la population française est touchée par des maux de tête récurrents.

Parmi les maux de tête les plus répandus, la migraine est une maladie qui touche 12 % de la population française de 15 ans et plus, et qui régresse à partir de 45 ans. Selon les cas, les crises sont précédées de fatigue, dégoût des aliments…
La migraine dure de 4 à 72 heures, touche en générale de manière pulsatile la moitié de tête, augmente souvent avec l’effort, s’accompagne de nausées, d’intolérance au bruit ou à la lumière par exemple. La migraine concerne davantage les femmes.

Autre type de maux de tête : les céphalées de tension, qui arrivent couramment après une grosse journée de travail avec une impression de casque trop serré ou mal à l’arrière de la tête.

Prévenir les maux de tête
Adoptez une bonne hygiène de vie – notamment en mangeant à heures fixes et en évitant les aliments à risques (alcool, chocolat, oignon, noix…) – une activité physique et un sommeil réparateur.

La céphalée quotidienne chronique touche 3 % de la population. Pour faire face, certaines de ces personnes prennent des antalgiques ou des combinés de paracétamol et de caféine quotidiennement.
Or, il est nécessaire de faire attention car cette attitude peut nécessiter par la suite un véritable sevrage. Les migraineux sont sensibles aux variations internes comme externes : un changement brusque dans l’alimentation, une surcharge de travail ou de sommeil peuvent devenir des éléments déclenchants.

La céphalée de tension est parfois issue d’un état anxieux et dépressif, d’une sinusite ou d’un problème ophtalmique pour lesquels il vaut mieux consulter un spécialiste. Elle fait plus couramment suite à une grosse journée de travail. Là, un peu de repos et parfois du paracétamol feront passer le mal de tête.

Contre la migraine, le paracétamol est nettement moins efficace que l’aspirine. Les médicaments spécifiques sont plus efficaces mais parfois mal tolérés. Si la maladie est invalidante, soit deux crises par semaine, le migraineux peut entamer un traitement prophylactique de fond pendant plusieurs mois, voire années.
tete.jpg

(Source : Linternaute)

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : tété maladi

CA S’EST PASSE UN 5 AOUT 5 août, 2010

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 7:19

Charles VI le Bien Aimé devient le Fou, c’était en 1392.

Le 5 août 1392, Charles VI (24 ans) traverse la forêt du Mans à la tête de ses troupes. Le roi, que ses sujets surnomment le Bien Aimé pour les avoir délivrés des exactions de ses puissants oncles, entreprend une expédition contre le duc de Bretagne Jean IV, allié aux Anglais.

Un illuminé surgit soudain, saisit la bride de son cheval et lui crie : «Arrête, noble roi, tu es trahi ! » Peu après, la lance d’un soldat heurte un bouclier. Au bruit, le roi qui s’était assoupi sous l’effet de la chaleur, tire son épée et frappe ses compagnons. Six chevaliers sont tués avant qu’on ait pu le maîtriser!

Un vieux médecin de grande réputation est requis par le conseiller Enguerrand de Coucy pour le soigner. Il s’agit de Guillaume de Harcigny, né à Laon neuf décennies plus tôt. Il voit immédiatement dans la folie du roi une maladie congénitale héritée de sa mère Jeanne de Bourbon : «cette maladie est venue au roi de coulpe ; il tient trop de la moiteur de sa mère», dit-il. Nommé premier médecin du roi, il obtient une rémission de la maladie en six semaines mais, lui-même trop usé, il abandonne sa charge et meurt peu après.

Désormais les crises de folie ne vont plus quitter le jeune souverain mais seul son entourage immédiat est dans la confidence et ses retours intermittents à la raison empêchent la constitution d’une régence en bonne et due forme.

Les puissants oncles du roi, les ducs de Bourgogne, de Berry, d’Anjou et de Bourbon, en profitent pour revenir en force au pouvoir avec la complicité de la reine Isabeau de Bavière.

CA S'EST PASSE UN 5 AOUT dans JOUR ANNIVERSAIRE xvs3a4ve

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake