Jean Claude's news

"Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient." (Charles Caleb Colton)

 

UN RENARD FAIT LES YEUX DOUX 5 avril, 2015

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 6:26

renard

Un renard dans la neige lève la tête et fait les yeux doux.

 

 

CA S’EST PASSE UN 25 OCTOBRE 25 octobre, 2013

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 4:55

 CA S'EST PASSE UN 25 OCTOBRE dans JOUR ANNIVERSAIRE concorde

Érection de l’obélisque de la Concorde, c’est en 1836.

Le 25 octobre 1836, est érigé à Paris, sur la place de la Concorde, un obélisque en provenance du temple pharaonique de Louqsor (Égypte) et vieux d’environ 4.000 ans (on peut le considérer comme « le plus ancien monument de Paris »).

Son érection se déroule sous les yeux d’une foule ébahie et du roi Louis-Philippe 1er en personne. Notons qu’on avait d’abord songé à ériger le monolithe sur le pont Neuf, au milieu de la Seine.

L’obélisque est le deuxième cadeau diplomatique du vice-roi d’Égypte Méhémet Ali à la France. Le 9 juillet 1827, sous le règne de Charles X, Paris avait déjà accueilli un girafon répondant au doux nom de Zarafa, premier animal de son espèce à fouler le sol français.

Conçue en 1763 par l’architecte Anne-Jacques Gabriel dans le prolongement du Louvre et des Tuileries, la place Louis XV a d’abord servi d’écrin à la statue du roi. Rebaptisée place de la Révolution sous la Convention, en 1792, elle a accueilli la guillotine et vu l’exécution de Louis XVI. Après la Terreur, elle a pris son nom actuel, plus consensuel, de place de la Concorde.

 

 

 

LA GLYCINE EST FANEE ET MORTE EST L’AUBEPINE 23 septembre, 2013

Classé dans : POESIE — jcn54 @ 3:47

LA GLYCINE EST FANEE ET MORTE EST L'AUBEPINE dans POESIE glycine

La glycine est fanée et morte est l’aubépine ;
 Mais voici la saison de la bruyère en fleur
 Et par ce soir si calme et doux, le vent frôleur
 T’apporte les parfums de la pauvre Campine.

Aime et respire-les, en songeant à son sort
 Sa terre est nue et rêche et le vent y guerroie ;
 La mare y fait ses trous, le sable en fait sa proie
 Et le peu qu’on lui laisse, elle le donne encor.

En automne, jadis, nous avons vécu d’elle,
 De sa plaine et ses bois, de sa pluie et son ciel,
 Jusqu’en décembre où les anges de la Noël
 Traversaient sa légende avec leurs grands coups d’aile.

Ton coeur s’y fit plus sûr, plus simple et plus humain ;
 Nous y avons aimé les gens des vieux villages,
 Et les femmes qui nous parlaient de leur grand âge
 Et de rouets déchus qu’avaient usés leurs mains.

Notre calme maison dans la lande brumeuse
 Etait claire aux regards et facile à l’accueil,
 Son toit nous était cher et sa porte et son seuil
 Et son âtre noirci par la tourbe fumeuse.

Quand la nuit étalait sa totale splendeur
 Sur l’innombrable et pâle et vaste somnolence,
 Nous y avons reçu des leçons du silence
 Dont notre âme jamais n’a oublié l’ardeur.

A nous sentir plus seuls dans la plaine profonde
 Les aubes et les soirs pénétraient plus en nous ;
 Nos yeux étaient plus francs, nos coeurs étaient plus doux
 Et remplis jusqu’aux bords de la ferveur du monde.

Nous trouvions le bonheur en ne l’exigeant pas,
 La tristesse des jours même nous était bonne
 Et le peu de soleil de cette fin d’automne
 Nous charmait d’autant plus qu’il semblait faible et las.

La glycine est fanée, et morte est l’aubépine ;
 Mais voici la saison de la bruyère en fleur.
 Ressouviens-toi, ce soir, et laisse au vent frôleur
 T’apporter les parfums de la pauvre Campine.

Emile Verhaeren, Les heures du soir

 

 

LA CLINIQUE DE L’AMOUR 8 juillet, 2012

Classé dans : CINEMA : les films que nous avons aimés... — jcn54 @ 7:10

Une bonne comédie caricaturale, un scénario de soap américain, décalé, loufoque, qui part dans tous les sens, mais on rit ! Les comédiens sont excellents et s’amusent d’eux-mêmes, j’ai surtout aimé Artus de Penguern qui est aussi le scénariste de ce film.

LA CLINIQUE DE L'AMOUR dans CINEMA : les films que nous avons aimés... clinique

Synopsis : « La clinique de l’amour ! » c’est « Urgences » traité à la manière de « Y-a-t-il un pilote dans l’avion ? » et « Un poisson nommé Wanda ». Des histoires d’amour (torrides), d’argent, de trahisons (odieuses), dans une clinique au bord de la ruine, où s’affrontent John et Michael (chirurgiens), sournoisement manipulés par Samantha, une garce aussi cupide que fatale sous les yeux (magnifiques) d’une ravissante infirmière, du doux nom de “Priscilla”. Une comédie pour tous, de 12 à 122 ans !

 

 

VAGUE DE CHALEUR 10 janvier, 2012

Classé dans : INSOLITE — jcn54 @ 7:54

Ce cycliste indien n’a pas froid aux yeux, ni ailleurs, puisque les embruns qu’il traverse jaillissent d’une mer à 28°C,

VAGUE DE CHALEUR dans INSOLITE vaguechaleur

chahutée par un cyclone tropical. Mais cette photo n’en est que plus parfaite pour illustrer la fin d’une année 2011 marquée par un important réchauffement climatique (+2,4°C) ainsi que par de très nombreux événements météorologiques d’une ampleur exceptionnelle : inondations en Thaïlande, tornade de force 5 sur le Missouri, crues gigantesques en Australie, typhon meurtrier (2300 morts) sur les Philippines, tempête de sable de 80 km de large en Arizona et hiver historique sur les États-Unis… alors que chez nous, en France, il fait pour l’instant si doux que les arbres fruitiers commencent à bourgeonner.

 

 

LA TRISTESSE 6 février, 2011

Classé dans : POESIE — jcn54 @ 9:16

 

tristesse.jpg                         TRISTESSE      Alphonse de Lamartine

                                                                   

L’âme triste est pareille
Au doux ciel de la nuit,
Quand l’astre qui sommeille
De la voûte vermeille
A fait tomber le bruit ;

Plus pure et plus sonore,
On y voit sur ses pas
Mille étoiles éclore,
Qu’à l’éclatante aurore
On n’y soupçonnait pas !

Des îles de lumière
Plus brillante qu’ici,
Et des mondes derrière,
Et des flots de poussière
Qui sont mondes aussi !

On entend dans l’espace
Les choeurs mystérieux
Ou du ciel qui rend grâce,
Ou de l’ange qui passe,
Ou de l’homme pieux !

Et pures étincelles
De nos âmes de feu,
Les prières mortelles
Sur leurs brûlantes ailes
Nous soulèvent un peu !

Tristesse qui m’inonde,
Coule donc de mes yeux,
Coule comme cette onde
Où la terre féconde
Voit un présent des cieux !

Et n’accuse point l’heure
Qui te ramène à Dieu !
Soit qu’il naisse ou qu’il meure,
Il faut que l’homme pleure
Ou l’exil, ou l’adieu !

 

 

 

CA S’EST PASSE UN 25 OCTOBRE 25 octobre, 2010

Classé dans : JOUR ANNIVERSAIRE — jcn54 @ 8:20

Érection de l’obélisque de la Concorde, c’est en 1834.

Le 25 octobre 1834, est érigé à Paris, sur la place de la Concorde, un obélisque en provenance du temple pharaonique de Louqsor (Égypte). L’exploit se déroule sous les yeux d’une foule ébahie et du roi Louis-Philippe 1er en personne. Notons qu’on avait d’abord songé à ériger le monolithe sur le pont Neuf, au milieu de la Seine !
L’obélisque est le deuxième cadeau diplomatique du vice-roi d’Égypte Méhémet Ali à la France. Le 9 juillet 1827, sous le règne de Charles X, Paris avait déjà accueilli un girafon répondant au doux nom de Zarafa, premier animal de son espèce à fouler le sol français !

obelisque.jpg

 

 

NATACHA AMAL 26 août, 2010

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 6:50

Née d’un père marocain et d’une mère russe, du sang suédois, polonais et écossais coule dans les veines de Natacha. Elle étudie la comédie au Conservatoire de Bruxelles, d’où elle sort en 1988, premier prix en poche. Commence alors pour elle une belle carrière théâtrale, notamment au Palais de Chaillot sous la direction de Jérôme Savary, mais le cinéma lui fait les yeux doux.

 Elle apparaît en 1989 dans ‘Pentimento’ de Tonie Marshall, et, deux ans plus tard, Philippe de Broca la fait tourner dans ‘Les Clés du paradis’. En 1992, la télévision lui offre un rôle récurrent dans une série à succès sur TF1 : elle interprète Samantha, la femme du ‘Commissaire Moulin’, un personnage qu’elle incarne jusqu’en 2004. Côté vie privée, Natacha épouse Claude Rappe, écrivain spécialiste du Moyen Orient, en 1997.

NATACHA AMAL 150_62523

 

 

BONJOUR! 17 juillet, 2010

Classé dans : Non classé — jcn54 @ 8:51

Je m’appelle Canelle, je suis née le 18/10/2007, en Ardêche.Je fais le bonheur de ma maman Nicole, qui est folle de moi, et qui cède à tous mes caprices.Mais parfois, quand je fais une bêtise, elle me gronde et me menace, de dire à mes frères Francis et Jean Claude de venir pour me dresser…Alors je ris, ils sont trop gentils ces deux la! Je leur fais les yeux doux et hop! Le tour est joué, mon charme naturel a opéré, et ils jouent avec moi au lieu de me dresser…

jy10122.jpg

jy10084.jpg

jy10267.jpg

Je ne suis pas gentille, moi?

J’ai des jouets, avec lesquels j’adore m’amuser, en compagnie de mes deux frangins…

jy10066.jpg

Alors il va me le donner mon Duffy Duck? C’est à moi tout de même…

jy11115.jpg

Je dors à la cuisine, dans mon panier avec mes jouets à côté de moi. Maman Nicole m’ a fait de jolis coussins douillets.

jy11060.jpg

Je suis une petite maline, et il m’arrive de tirer la langue quand on me dispute. Elle n’est pas belle ma langue?

jy11005.jpg

jy10189.jpg

Certes, Je suis petite, mais je garde la maison, comme une grande… De mon poste de guêt, je surveille toutes les allées et venues sur la route en contrebas de mon domaine.

jy11235.jpg

Voici mon copain Guismau, il est en vacances chez Hélène, la voisine et copine de maman Nicole. Je crois bien qu’il est amoureux de moi, mais chut! il ne s’est pas encore déclaré, je me demande bien ce qu’il attend…

Voila, c’est fini, je vous ai à peu près tout dit de moi, pour l’instant, Bisous à bientôt.

Canelle d’ Ardêche, la petite chipie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

www.tofik.com |
MANGA |
agbar |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Toutitest
| randoactu2010
| Le Blog Du Snake